L'industrie européenne des télécommunications, un secteur généralement considéré comme défensif (produisant des cash-flows stables et procurant, bien souvent, un rendement de dividende intéressant), connaît une nouvelle année décevante. Le secteur sous-performe toujours la moyenne boursière. Ces derniers temps, les entreprises font quasi systématiquement état d'une croissance faible ou nulle de leur chiffre d'affaires, qu'expliquent la concurrence, intense, et les baisses de tarif imposées par la Commission européenne. Sur le marché belge, la perspective de l'arrivée d'un quatrième opérateur mobile a entraîné la chute des actions des acteurs existants.
...