Les informations publiées dans la presse suggèrent effectivement que les anciens actionnaires Fortis pourraient malgré tout obtenir réparation pour les pertes subies. Il faut cependant se garder de tout optimisme excessif. Tout part d'un arrêt, dans une décision en appel d'un tribunal d'Amsterdam, qui condamne Ageas, au titre d'héritier juridique de Fortis, au versement d'un dédommagement. L'arrêt confirme que Fortis a trompé les investisseurs, mais il est important de savoir que cette affaire - ouverte par la Fondation FortisEffect - concerne exclusivement la période comprise entre le 29 septembre et le 1er octobre 2008. Ageas s'est pourvue en cassation contre cette décision auprès du Hoge Raad, la Cour supérieure des Pays-Bas, arguant que sur la base de l'arrêt, seuls les actionnaires qui ont acheté des actions durant cette brève période ont droit à une indemnité. Parallèlement au pourvoi en cassation, FortisEffect a ouvert une procédure destinée à établir le mon...

Les informations publiées dans la presse suggèrent effectivement que les anciens actionnaires Fortis pourraient malgré tout obtenir réparation pour les pertes subies. Il faut cependant se garder de tout optimisme excessif. Tout part d'un arrêt, dans une décision en appel d'un tribunal d'Amsterdam, qui condamne Ageas, au titre d'héritier juridique de Fortis, au versement d'un dédommagement. L'arrêt confirme que Fortis a trompé les investisseurs, mais il est important de savoir que cette affaire - ouverte par la Fondation FortisEffect - concerne exclusivement la période comprise entre le 29 septembre et le 1er octobre 2008. Ageas s'est pourvue en cassation contre cette décision auprès du Hoge Raad, la Cour supérieure des Pays-Bas, arguant que sur la base de l'arrêt, seuls les actionnaires qui ont acheté des actions durant cette brève période ont droit à une indemnité. Parallèlement au pourvoi en cassation, FortisEffect a ouvert une procédure destinée à établir le montant du préjudice, ainsi que les ayants droit. Les particuliers belges ont jusqu'au 30 novembre pour adhérer à FortisEffect, via www.fortiseffect.nl. Il leur en coûtera 39 EUR par an de frais administratifs et une retenue de 22,5% + TVA sur l'éventuelle indemnité obtenue. Un élément crucial dans ce dossier est qu'une adhésion à la fondation implique de renoncer à toute demande propre vis-à-vis d'Ageas. Selon certains, on perd ainsi la possibilité d'obtenir réparation en Belgique. Il subsiste de nombreuses incertitudes concernant les conséquences juridiques d'une telle adhésion et il semble indiqué de consulter d'abord un avocat belge. Le dossier Fortis se complique chaque jour. De nombreuses actions sont en cours à la fois en Belgique et aux Pays-Bas : le syndicat des actionnaires Fortis, Deminor, FortisEffect, ConsumentenClaim, Laurent Arnauts et la VEB. Chaque demandeur adopte une approche particulière (uniquement pour les actionnaires Ageas, uniquement pour les anciens actionnaires Fortis, pour les détenteurs d'actions, d'obligations et d'options Fortis...) et facture des frais différents. Il faudra encore attendre plusieurs années - sans doute 2020 en Belgique - avant que des décisions définitives tombent. Le risque existe donc que vous vous engagiez dans de nouvelles dépenses pendant plusieurs années sans avoir la moindre certitude d'obtenir un jour réparation. Tenez-en compte dans votre réflexion personnelle ! Entretemps, ces incertitudes juridiques pourraient encore éclipser pendant de nombreuses années les bons résultats de l'assureur Ageas. Je possède encore des actions Boliden AB. Quelle est votre opinion sur cette entreprise suédoise ? Boliden AB est une entreprise métallurgique suédoise de taille moyenne. Ses activités s'articulent autour de deux divisions. La division minière produit principalement des métaux de base : par ordre d'importance, du zinc (numéro 8 mondial), du cuivre (numéro 3 européen) et du plomb (numéro 14 mondial). En outre, elle produit de plus en plus d'or et d'argent. L'autre division regroupe les fonderies avec une 6e position mondiale dans le zinc et une 3e position européenne dans le cuivre. La baisse des cours des métaux a pesé sur les résultats du groupe ces dernières années. Le bénéfice net, qui s'élevait encore à 14,47 couronnes suédoises (SEK) par action en 2010, était retombé à 4,72 SEK par action, le deuxième plus mauvais résultat de ces 10 dernières années, en 2013. Grâce à un meilleur 2e trimestre, Boliden a enregistré un bénéfice net de 1,69 SEK par action au 1er semestre 2014, en hausse de 10% par rapport à la même période l'an dernier. Il subsiste clairement des marges d'amélioration en matière d'efficacité coût et de compétitivité, et Boliden a établi un plan d'action pour les exploiter. La croissance future doit provenir de projets d'extension de la mine de zinc, d'argent et de plomb de Garpenberg et la fonderie de zinc de Kokkola (investissement dans une installation supplémentaire d'extraction d'argent). Malgré son historique de croissance organique, Boliden a annoncé une acquisition en juillet. Le groupe a racheté pour 95 millions USD une mine de cuivre et d'or et quelques projets d'exploration en Finlande au groupe australien Altona Mining. La direction prône la prudence. Compte tenu de la baisse constante des résultats de ces dernières années, les performances de l'action sont honorables. Le cours a déjà anticipé l'amélioration attendue du bénéfice net : à 6 SEK par action cette année, mais surtout à 10 SEK, 12 SEK et 14 SEK par action entre 2015 et 2017. à un ratio valeur d'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel (EBITDA) attendu pour 2014 de 7 et à 1,3 fois la valeur comptable, l'action n'est pourtant pas encore trop chère. De plus, les perspectives à long terme sont positives pour les deux principaux métaux du groupe, le zinc et le cuivre. Les positions existantes peuvent être conservées.