Ces dernières semaines, nous avons assisté à un véritable feu d'artifice dans le secteur de l'uranium. Un premier facteur fut l'arrêt temporaire de sept des 10 principales mines d'uranium à la suite de l'épidémie de Covid-19. Les prévisions de production mondiale pour l'année ont ainsi été réduites d'environ 135 à 115 millions de tonnes. Face à une demande restée identique (environ 190 millions de tonnes) et à la baisse de l'offre secondaire,...

Ces dernières semaines, nous avons assisté à un véritable feu d'artifice dans le secteur de l'uranium. Un premier facteur fut l'arrêt temporaire de sept des 10 principales mines d'uranium à la suite de l'épidémie de Covid-19. Les prévisions de production mondiale pour l'année ont ainsi été réduites d'environ 135 à 115 millions de tonnes. Face à une demande restée identique (environ 190 millions de tonnes) et à la baisse de l'offre secondaire, le prix spot de l'uranium a bondi de plus de 30%, à 33 dollars la livre, en quelques semaines. Un deuxième facteur fut la publication des recommandations du groupe de travail sur le nucléaire constitué l'an dernier par le président américain Donald Trump pour protéger les intérêts américains dans cette filière. En préconisant un soutien clair à l'ensemble du secteur, il a dissipé les incertitudes paralysantes suscitées par l'enquête "Section 232" depuis début 2018, et les actions liées à l'uranium ont enregistré un net redressement. Début avril, Fission Uranium s'est vu octroyer un prêt de 10 millions de dollars sur quatre ans par le célèbre investisseur dans l'uranium Sprott Resource. Ces fonds seront affectés au développement du projet Patterson Lake South (Canada). A la nouvelle, le cours de l'action Fission est revenu à son niveau de novembre 2019 (soit un triplement de valeur depuis son plancher de mars). A long terme, nous voyons le prix spot de l'uranium revenir à 50 à 60 dollars la livre. Selon nous, qui veut investir en actions du secteur doit opter et pour une entreprise qui détient de l'uranium physique (Uranium Participation Corp, Yellow Cake PLC) et pour le plus grand producteur privé, Cameco. Fission appartient à une troisième catégorie, beaucoup plus risquée: dans son segment (l'exploration), il est encore plus indispensable de diversifier ses avoirs. Vous pourriez échanger la moitié de vos actions Fission contre une position dans une entreprise établie au Canada (NexGen Energy, Denison Mines) aussi ou aux Etats-Unis (Energy Fuels, Uranium Energy Corp). Un nouveau marché haussier, qui pourrait durer 10 ans, s'est tout juste amorcé. Fission Uranium est donc digne d'achat, mais préparez-vous à une volatilité extrême (d'où notre rating: 1C)