L'action du producteur canadien de cuivre First Quantum Minerals s'est nettement redressée après une année 2015 dramatique. Par rapport au plancher de janvier 2016 à 2,15 dollars canadiens (CAD), le cours de l'action a même été multiplié par six. La forte baisse de 2015 était la conséquence du recul persistant du cours du zinc (d'un pic à 4,5 dollars canadiens la livre en 2015 à un plancher de 1,96 dollar canadien la livre en janvier 2016), couplé à des problèmes opérationnels en Zambie et à une brutale augmentation de la dette nette à 4,7 milliards de do...

L'action du producteur canadien de cuivre First Quantum Minerals s'est nettement redressée après une année 2015 dramatique. Par rapport au plancher de janvier 2016 à 2,15 dollars canadiens (CAD), le cours de l'action a même été multiplié par six. La forte baisse de 2015 était la conséquence du recul persistant du cours du zinc (d'un pic à 4,5 dollars canadiens la livre en 2015 à un plancher de 1,96 dollar canadien la livre en janvier 2016), couplé à des problèmes opérationnels en Zambie et à une brutale augmentation de la dette nette à 4,7 milliards de dollars canadiens fin 2015. En 2016, le cours du zinc s'est d'abord redressé assez mollement (+10% entre le plancher de janvier et fin octobre), avant que la victoire de Donald Trump n'entraîne une brutale accélération à 2,5 dollars canadiens la livre. En Zambie, First Quantum dispose de deux mines: Kansanshi, la plus grande mine opérationnelle (à ciel ouvert) du groupe, et Sentinel depuis fin 2014. La mise en service de Sentinel a été marquée par un faux départ en raison de graves problèmes d'approvisionnement électrique et d'un différend avec les autorités concernant les royalties sur la mine à ciel ouvert. Les deux problèmes sont à présent résolus, et Sentinel apportera en 2016 une contribution estimée à 130.000 tonnes à la production de cuivre du groupe, contre 385.000 tonnes pour les autres mines. À partir de 2018, la production annuelle de Sentinel fluctuera entre 230.000 et 260.000 tonnes. Le moteur de croissance suivant sera Cobre Panama, un projet de cuivre d'envergure mondiale situé au Panama (durée de vie attendue de 34 ans, production annuelle attendue de 320.000 tonnes, première production prévue à partir de 2018). Grâce à Sentinel, la production a progressé de 33% à 393.357 tonnes au cours des neuf premiers mois de l'année 2016. Le coût de production s'est contracté de 2,25 à 1,8 dollar canadien et le prix de vente réalisée moyen a baissé de 2,53 à 2,27 dollars (-10,3%). Le bénéfice brut a progressé de 62,1% à 287 millions de dollars, et le résultat net récurrent est passé de -726 millions de dollars canadiens en 2015 à +229 millions de dollars. Les inquiétudes concernant la position d'endettement se sont atténuées après la conclusion d'une nouvelle facilité de crédit de 1,8 milliard de dollars et la vente de la mine de cuivre et de nickel de Kevitsa pour 712 millions de dollars. La position nette d'endettement est retombée à 4,2 milliards de dollars, soit un ratio toujours élevé de 4,3 fois les cash-flows opérationnels annuels (convenant bancaire: 5,5). Après une forte hausse, l'action a subi une saine correction. Un relèvement du conseil est envisageable en cas de nouveau repli, mais pour l'instant, nous confirmons le rating 2C ("conserver", mais attention au risque supérieur à la moyenne!).