Sis au Canada, First Majestic Silver est un producteur d'argent qui extrait également de l'or et à titre secondaire, du plomb et du zinc. Le groupe gère actuellement six mines au Mexique dont quatre sont opérationnelles. Il a par ailleurs quatre projets en pipeline. En acquérant plusieurs sites au cours de la décennie écoulée, il s'est imposé parmi les plus grands producteurs "primaires" d'argent. En absorbant Silvercorp Metals en 2016, il a également mis la main sur la mine Santa Elena (or et argent). La plus grande transaction de son histoire fut l'acquisition de Primero Mining, en 2018; First Majestic est ainsi devenu propriétaire de la mine San Dimas (or et argent), qui procure au groupe pas moins de la moitié de son chiffre d'affaires (CA).
...

Sis au Canada, First Majestic Silver est un producteur d'argent qui extrait également de l'or et à titre secondaire, du plomb et du zinc. Le groupe gère actuellement six mines au Mexique dont quatre sont opérationnelles. Il a par ailleurs quatre projets en pipeline. En acquérant plusieurs sites au cours de la décennie écoulée, il s'est imposé parmi les plus grands producteurs "primaires" d'argent. En absorbant Silvercorp Metals en 2016, il a également mis la main sur la mine Santa Elena (or et argent). La plus grande transaction de son histoire fut l'acquisition de Primero Mining, en 2018; First Majestic est ainsi devenu propriétaire de la mine San Dimas (or et argent), qui procure au groupe pas moins de la moitié de son chiffre d'affaires (CA). Son plus grand actionnaire est l'émetteur d'ETF Van Eck Global (11,4%) - First Majestic figure dans les deux plus grands trackers sur mines d'or. L'entreprise de streaming Wheaton Precious Metals, qui rachète un quart de la production d'or de San Dimas, détient pour sa part 9,9% de First Majestic. Le fondateur et CEO du groupe, Keith Neumeyer, en possède 1,7% des actions. First Majestic affiche une position de trésorerie de 118,6 millions de dollars pour une dette de 158,3 millions de dollars. Cette année, First Majestic a accru sa production et réduit ses coûts. Après trois trimestres, son CA s'établissait à 267,5 millions de dollars, en hausse de 18% en glissement annuel grâce à l'augmentation de la production et à une hausse du cours de l'argent; le bénéfice opérationnel (Ebit) atteignait pour sa part 42,2 millions de dollars, alors que le groupe avait réalisé une perte de 2,9 millions de dollars un an plus tôt; et le cash-flow opérationnel (Ebitda) avait augmenté de moitié, à 76 millions. Seules deux mines contribuent pour l'heure au bénéfice. San Dimas, qui s'adjuge la moitié du CA consolidé et a réalisé un Ebit de 39,6 millions de dollars entre janvier et septembre. Le coût de production - 7,9 dollars l'once, au 3e trimestre - y est bien inférieur à la moyenne du groupe de 10,76 dollars. Et Santa Elena, laquelle apporte environ un cinquième de la production du groupe et surtout, présente la structure de coûts la plus faible, avec un coût de production de seulement 5,17 dollars l'once au 3e trimestre. Après trois trimestres, la mine enregistrait un Ebit de 20,4 millions de dollars. La part d'Encantada dans le CA consolidé est identique mais, le coût de production étant nettement plus élevé dans cette mine d'argent, sa rentabilité est faible. Si elle a néanmoins contribué au bénéfice au 3e trimestre, c'est grâce à la hausse du prix de l'argent. Le groupe a vu son coût de production moyen diminuer de 20%, depuis qu'il a acquis San Dimas. De nouveaux projets d'automatisation et de modernisation devraient encore le réduire. Santa Elena recèle un fort potentiel: pour le projet Ermitaño, tous les permis ont été octroyés. Le passage du diesel au gaz naturel liquide (GNL) pour l'approvisionnement en énergie devrait abaisser encore le coût de production. A La Encantada, le projet Roaster accroîtra la production de 1,5 million d'onces par an. L'an prochain, le groupe doublera le budget d'exploration à La Parrilla en vue d'un redémarrage de cette mine d'argent en 2021. Ces dernières années, la plupart des producteurs d'argent ont diversifié leurs activités dans d'autres métaux (précieux), principalement l'or. First Majestic est un merle blanc, dans le secteur, la part de l'argent dans son CA, déjà élevée en 2019 (60%), étant susceptible d'atteindre 67% en 2022. Toute hausse du cours du métal blanc gonfle dès lors son bénéfice. Or nous prévoyons que le ratio or/argent, actuellement très élevé (87), baissera l'année prochaine, ce qui impliquera une hausse du coût de l'argent. Le groupe n'a formulé aucune prévision concrète pour 2020, mais ses mines devraient rester performantes et les résultats d'exploration, se révéler encourageants. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 10,71 dollarsTicker: AG USCode ISIN: CA32076V1031Marché: New York Stock ExchangeCapit. boursière: 2,2 milliards USDC/B attendu 2019: -C/B attendu 2020: 121Perf. cours sur 12 mois: +109%Perf. cours depuis le 01/01: +93%Rendement du dividende: -