Une succession de bonnes récoltes et de réserves élevées pèsent sur le cours du blé. La Russie, le Canada et les États-Unis sont les plus grands exportateurs de la céréale. La Russie se dirige cette année vers sa meilleure récolte en huit ans, grâce à un hiver particulièrement doux. L'Institut russe d'étude des marchés agricoles table sur une production de 62,5millions de tonnes cette année, supérieure au précédent record de 61,8millions de tonnes en 2015. Le ministère russe de l'Agriculture est un peu moins optimiste, mais des températures assez élevées ont épargné les semences cet hiver. Des précipitations suffisantes ont ensuite porté les taux d'humidité des sols à un niveau optimal. Les conditions sont donc très favorables pour une bonne récolte de blé d'hiver, qui pourra commencer à partir de la fin juin. Le blé de printemps est récolté à la fin de l'été et au début de l'automne. Selon le ministère américain de l'Agriculture (USDA), la Russie exportera une...

Une succession de bonnes récoltes et de réserves élevées pèsent sur le cours du blé. La Russie, le Canada et les États-Unis sont les plus grands exportateurs de la céréale. La Russie se dirige cette année vers sa meilleure récolte en huit ans, grâce à un hiver particulièrement doux. L'Institut russe d'étude des marchés agricoles table sur une production de 62,5millions de tonnes cette année, supérieure au précédent record de 61,8millions de tonnes en 2015. Le ministère russe de l'Agriculture est un peu moins optimiste, mais des températures assez élevées ont épargné les semences cet hiver. Des précipitations suffisantes ont ensuite porté les taux d'humidité des sols à un niveau optimal. Les conditions sont donc très favorables pour une bonne récolte de blé d'hiver, qui pourra commencer à partir de la fin juin. Le blé de printemps est récolté à la fin de l'été et au début de l'automne. Selon le ministère américain de l'Agriculture (USDA), la Russie exportera une quantité record de blé cette année.La récente baisse du dollar (USD) favorise la position des États-Unis sur les marchés mondiaux des céréales. Elle rend en effet le blé américain plus compétitif, ce qui devrait se traduire dans les contrats à terme négociés sur le CBOT. Goldman Sachs Markets (GS Markets) propose cinq turbos longs sur le blé. Ils sont actuellement basés sur le contrat à terme pour livraison en juillet. Chez GS Markets, la barrière désactivante est remise à niveau chaque deuxième jour ouvrable du mois. La courbe des prix des contrats à terme est assez raide: actuellement, un boisseau de blé pour livraison en juillet (le contrat de référence actuel) coûte 4,56USD. C'est respectivement 4,67 et 4,85USD pour les contrats à terme venant à échéance en septembre et en décembre. Le blé pour livraison en juillet 2017 s'échange enfin à 5,16USD. Par conséquent, le roulement des positions engendre un rendement négatif. Concrètement, le montant obtenu sur les contrats à terme qui arrivent à échéance ne permet pas d'acheter autant de nouveaux contrats à terme. Ce n'est pas un problème pour les positions qui ne sont conservées que brièvement, mais ceux qui investissent dans des futures sur le blé via des produits à effet de levier et souhaitent les conserver pendant une période plus longue doivent tenir compte de ce roll yield négatif. Voici trois turbos longs avec un niveau de risque réduit, moyen et élevé:Code ISIN : NL0011233507Devise : EURNiveau de financement : 2,87Cours de référence : 4,56Barrière désactivante : 3,13Levier : 2,68Cours : 1,5/1,52Ce turbo est le deuxième plus défensif de la gamme, avec un écart de 46% entre le cours de référence et la barrière désactivante. Ceux qui veulent encore réduire le risque peuvent opter pour un turbo long assorti d'une barrière désactivante de 2,72 et d'un levier de 2,2 (NL0011233515).Code ISIN : NL0011233499Devise : EURNiveau de financement : 3,24Cours de référence : 4,56Barrière désactivante : 3,54Levier : 3,43Cours : 1,17/1,19Ce turbo long présente un risque plus élevé, mais l'écart entre le cours actuel du blé et la barrière désactivante atteint encore près de 29 %. Code ISIN : NL0011233473Devise : EURNiveau de financement : 3,989Cours de référence : 4,56Barrière désactivante : 4,35Levier : 7,9Cours : 0,51/0,53La barrière désactivante de ce turbo long a déjà été atteinte en février. Le cours actuel du blé se situe à peine 5 % au-dessus de ce niveau, ce qui laisse peu de marge pour inverser les positions si le cours du blé devait par malheur évoluer dans la mauvaise direction. Il est donc conseillé à ceux qui optent pour ce turbo de limiter leur position et de suivre de près les fluctuations des cours.Les investisseurs qui préfèrent éviter les produits à effet de levier mais souhaitent investir dans les céréales peuvent se tourner vers plusieurs trackers. Le plus grand tracker qui investit directement dans des futures sur produits agricoles est le PowerShares DB Agriculture ETF. Il est cependant très diversifié et les céréales (maïs, soja et blé) ne représentent au total qu'un sixième de l'indice sous-jacent.Un produit vise plus spécifiquement les céréales: l'iPath Bloomberg Grains ETN émis par Barclays (ticker: JJG). Il n'investit pas dans des contrats à terme, mais reflète les performances du Bloomberg Grains Index, qui a un poids relatif de 22,54% dans le Bloomberg Commodity Index, plus large. Les trackers de l'émetteur américain Teucrium Trading constituent une alternative au JJG. Cet émetteur s'est spécialisé dans des trackers sur matières premières qui tentent de pallier l'inconvénient du roll yield négatif. Teucrium le fait en investissant chaque fois dans trois contrats à terme dotés d'une échéance différente. L'impact d'une courbe des prix trop raide est ainsi réduit. Nous présenterons prochainement en détail le JJG et les Corn, Wheat et Soybean Funds de cet émetteur.