Les céréales se négocient dans le monde entier, mais nous nous concentrons ici sur les contrats à terme cotés sur le marché américain du CBOT, qui fait partie du CME Group. Les cours des céréales sont retombés en 2015 à leurs plus-bas sur plusieurs années. Cette baisse s'explique par plusieurs facteurs, dont les bonnes récoltes et les réserves élevées, mais aussi la hausse de l'USD qui a pesé sur la compétitivité des céréales produites aux États-Unis. Le malaise général sur les marchés des matières premières en est également une explication.
...

Les céréales se négocient dans le monde entier, mais nous nous concentrons ici sur les contrats à terme cotés sur le marché américain du CBOT, qui fait partie du CME Group. Les cours des céréales sont retombés en 2015 à leurs plus-bas sur plusieurs années. Cette baisse s'explique par plusieurs facteurs, dont les bonnes récoltes et les réserves élevées, mais aussi la hausse de l'USD qui a pesé sur la compétitivité des céréales produites aux États-Unis. Le malaise général sur les marchés des matières premières en est également une explication.Outre les effets de change, la météo et les prévisions météorologiques jouent aussi un rôle important dans la formation des cours. Les accès de volatilité sont plus fréquents en été, lorsque les céréales sont dans leur phase de croissance dans l'hémisphère nord. Mais des conditions météorologiques extrêmes peuvent également exercer une forte influence sur les prix au printemps (semailles) et à l'automne (récoltes). Dans l'hémisphère sud où l'on trouve d'importants producteurs de céréales comme le Brésil, l'Argentine ou l'Afrique du Sud, le calendrier est inversé.Les cours du maïs et du soja ont atteint leur plus haut niveau en neuf mois la semaine dernière. Dans le cas du soja, la hausse a en fait commencé début mars, après que la céréale s'est échangée entre 8,5 et 9USD par boisseau pendant tout l'hiver. Son ascension a ramené le soja au-dessus des 10USD, son niveau de l'été dernier. Le soja s'est constamment échangé au-dessus de la barre des 10USD entre 2010 et 2004, avec un maximum de près de 18USD fin 2012. Le cours actuel n'a donc rien d'exceptionnel. Le redressement trouve son origine dans une météo décevante en Amérique du Sud: en Argentine notamment, des précipitations ont causé des retards dans la récolte du soja. On estime que 5% de la récolte sera touchée par les inondations. Le ministère américain de l'Agriculture (USDA) prévoit une augmentation des importations chinoises de soja cette année, et a donc revu à la baisse les réserves de soja attendues au terme de la saison actuelle des récoltes. Le cours du maïs fluctue entre 3,5 et 4USD par boisseau depuis près de deux ans. Fin 2012, son cours était encore deux fois plus élevé. Le maïs a gagné 15% au cours des trois premières semaines d'avril. Les prévisions de récolte ont été revues à la baisse au Brésil, de sorte que le pays devra importer du maïs cette année. À cet effet, les taxes à l'importation ont été suspendues pour six mois. L'Afrique du Sud, autre pays exportateur, a également abaissé pour la troisième fois ses prévisions de récolte de maïs. Aux États-Unis, les semailles sont en avance sur le calendrier. Elles étaient achevées à 30% durant la semaine qui s'est terminée le 20avril, pour une moyenne sur 5ans de 16%.Vu l'importance des réserves, rien ne justifie une hausse des cours du maïs à court terme. D'autre part, le sentiment du marché vis-à-vis des matières premières est en train de changer. En témoigne le fait que les prix n'ont guère réagi à de mauvaises nouvelles fondamentales. Nous le constatons p.ex. sur les marchés pétroliers. Dans le cas du blé et du maïs, les positions vendeuses (destinées à miser sur de nouvelles baisses des cours) ont atteint un niveau record le mois dernier. À un certain moment, toutes les mauvaises nouvelles sont intégrées dans les cours, et tous les investisseurs spéculatifs sont positionnés du même côté. C'est le scénario idéal pour un brutal retour de balancier. Le nombre de contrats à terme en circulation a également atteint un niveau record, ce qui illustre que le marché se retrouve en mode "risk-on" et que le récent redressement est porté davantage par le sentiment que par les fondamentaux. Nous estimons que toutes les informations relatives aux bonnes récoltes et aux réserves élevées sont déjà intégrées dans les cours. La probabilité d'un nouveau redressement des prix augmentera à nouveau à l'approche de l'été (floraison) et de l'automne (récolte). En outre, la baisse de l'USD rend à nouveau intéressantes les céréales produites aux États-Unis. Les chiffres d'exportations publiés par l'USDA l'attestent. Nous nous penchons cette semaine sur plusieurs produits à effet de levier sur le maïs et le soja. La semaine prochaine, nous nous intéresserons au blé, ainsi qu'à quelques trackers. De l'assortiment jadis si étendu de produits à effet de levier sur les produits agricoles, il ne subsiste que GS Markets pour les céréales et Commerzbank pour les soft commodities. GS Markets propose plusieurs turbos ayant le soja, le maïs et le blé comme valeur sous-jacente. Ces produits ne sont pas soumis à la taxe sur la spéculation puisque la valeur sous-jacente n'est pas une action.Après le redressement de ces dernières semaines, nous conseillons d'éviter une barrière désactivante trop ambitieuse, car la correction intervenue à la fin de la semaine dernière pourrait encore se poursuivre quelque temps.Maïs Future turbo long (risque réduit) Code ISIN : NL0011233267Devise : EURNiveau de financement : 2,57Cours de référence : 3,85Barrière désactivante : 2,81Levier : 3,01Cours : 11,3/11,4Ce turbo émis par GS Markets a pour valeur sous-jacente le contrat à terme qui arrive à échéance en juillet. Le cours actuel du maïs se trouve 37% au-dessus de la barrière désactivante. C'est un écart suffisant pour qualifier de faible le risque associé à ce turbo. Pour ceux qui veulent prendre davantage de risques, deux turbos longs proposent des leviers de 4,3 et 5,4. Soya Beans Future turbo long (risque faible) Code ISIN : NL0011233341Devise : EURNiveau de financement : 6,68Cours de référence : 10,16Barrière désactivante : 7,29Levier : 2,92Cours : 3,07/3,12GS Markets propose 4turbos longs ayant le contrat à terme juillet avec le soja comme valeur sous-jacente. Ici, le soja se négocie 39% au-dessus de la barrière désactivante. Il existe encore un turbo assorti d'un levier de 4 et d'une barrière désactivante (8,3) qui se situe un peu plus de 20% sous le cours de référence.