Après avoir abordé plusieurs trackers généraux permettant d'investir dans le segment de l'énergie alternative, nous nous concentrons cette semaine sur l'énergie solaire et éolienne.
...

Après avoir abordé plusieurs trackers généraux permettant d'investir dans le segment de l'énergie alternative, nous nous concentrons cette semaine sur l'énergie solaire et éolienne.Certains ont pu penser que l'abolition progressive des aides publiques mettrait fin à l'âge d'or de l'énergie solaire. Mais les apparences sont trompeuses, car cette culture du subside était en grande partie un phénomène européen. Ce secteur enregistre en effet sa plus forte croissance en Chine et au Japon, qui représentent ensemble la moitié de la demande globale d'électricité produite par l'énergie solaire. La Chine doit compenser les émissions nocives de l'industrie charbonnière et le fait en partie en misant sur les énergies alternatives. Le Japon joue pleinement la carte de l'énergie alternative depuis 2011 et la catastrophe nucléaire de Fukushima. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne prennent à leur compte un quart du marché total. Le bureau d'études de marché IHS voit le secteur enregistrer une croissance annuelle de 15 à 20% pour le restant de la décennie. La capacité photovoltaïque installée augmentera de 218 gigawatts (GW) en 2014 à 498 GW en 2019. Sur le plan mondial, 2015 sera aussi la meilleure année depuis 2011, avec 57 GW de nouvelles installations et une demande en hausse de 30%. En Europe, le Royaume-Uni rattrapera l'Allemagne comme plus grand producteur d'énergie solaire. Dans ce secteur, les actions individuelles présentent toujours un risque significatif. En particulier lorsqu'il s'agit d'entreprises chinoises. Nous en avons encore eu l'illustration le mois dernier avec Hanergy Thin Film Power Group. Le scandale a éclaté lorsqu'on a appris que le holding mère prenait à son compte deux tiers du chiffre d'affaires. Une enquête a été ouverte sur ses pratiques comptables et l'action a perdu plusieurs dizaines de pour cent. Hanergy figurait dans les indices des trackers que nous présentons ci-après. Ils ont donc subi l'effondrement de l'action, mais son impact était sans commune mesure avec une position individuelle.Guggenheim Solar ETFTicker: TANBourse: NYSE ArcaEmission: avril 2008Performance depuis le 01/01/2015: +24,7%Rendement sur 12 mois: +7,2%Rendement sur 3 ans: +175,6%Volume journalier moyen: 336 000Actifs sous gestion: 349,3 millions USDFrais annuels de gestion: 0,7%Ce tracker émis par Guggenheim Funds surpasse largement la concurrence, non seulement dans la niche de l'énergie solaire, mais aussi sur l'ensemble du secteur des énergies alternatives. Il affiche même des actifs sous gestion supérieurs à ceux du WilderHill Clean Energy Portfolio d'Invesco PowerShares présenté la semaine dernière. L'indice sous-jacent est le MAC Global Solar Energy Index, composé de 27 entreprises. La surpondération de la Chine est importante. Quelque 47% des entreprises de l'indice ont leur siège en Chine. Les Etats-Unis occupent la deuxième position avec 37%, suivis de loin par le Canada et le Royaume-Uni. Top 5 participations:SunEdison11,1%SolarCity6,7%First Solar6,5%Xinyi Solar Holdings6,2%GCL Poly Energy Holdings6,1%Market Vectors Solar Energy ETFTicker: KWTBourse: NYSE ArcaEmission: avril 2008Performance depuis le 01/01/2015: +17,3%Rendement sur 12 mois: -2,5%Rendement sur 3 ans: +126,2%Volume journalier moyen: 2100Actifs sous gestion: 23,6 millions USDFrais annuels de gestion: 0,66%Ce tracker (ticker : KWT) appartient à la famille Market Vectors de l'émetteur Van Eck Global. Bien qu'il ait été introduit au même moment, KWT ne peut rivaliser dans aucun domaine avec TAN, hormis au niveau des frais annuels de gestion, légèrement inférieurs. L'indice sous-jacent est le Market Vectors Global Solar Energy Index. Avec 32 participations, celui-ci est un peu plus large que l'indice répliqué par TAN. Les dix plus grandes participations représentent 60% de l'indice. Top 5 participations:SunEdison10,5%SolarCity7,3%First Solar6,1%GCL Poly Energy Holdings6,1%Terraform Power6%On produit de l'électricité à partir de l'énergie éolienne depuis les années 1980. Pendant longtemps, cette activité n'a pas été rentable sans subsides, mais la situation a beaucoup évolué ces dernières années. Le coût des éoliennes n'a cessé de diminuer, alors que leur efficacité progressait. Le coût par kilowatt/heure d'électricité produite à partir de l'énergie éolienne a ainsi baissé de 55 à 2,5 centimes ces 30 dernières années. La Chine est actuellement le principal débouché, avec une capacité installée de 96 GW. Elle est suivie par les Etats-Unis, avec 65 GW, qui ont enregistré une forte progression ces dernières années. Le nombre d'éoliennes installées y a presque quintuplé l'an dernier. Il subsiste pourtant une importante marge de progression, car l'éolien ne représente que 4,5% des besoins totaux en énergie. L'objectif est d'atteindre 20% d'ici à 2030. Le Global Wind Energy Council estime que l'énergie éolienne prendra à son compte 12% des besoins énergétiques globaux en 2020.ISE Global Wind Energy Index FundTicker: FANBourse: NYSE ArcaEmission: juin 2008Performance depuis le 01/01/2015: +16,3%Rendement sur 12 mois: -8,5%Rendement sur 3 ans: +106,6%Volume journalier moyen: 56 000Actifs sous gestion: 49,6 millions USDFrais annuels de gestion: 0,6%Ce tracker émis par First Trust Advisors est coté depuis sept ans sur le NYSE Arca (Ticker : FAN). L'indice sous-jacent, l'ISE Global Wind Energy Index, compte actuellement 40 entreprises. Le FAN est focalisé sur l'Europe puisque l'indice est dominé par l'Espagne avec 23,7%, suivie par l'Allemagne (15%), le Danemark (13,4%) et les Etats-Unis (12%). Top 5 participations:Vestas Wind Systems9,1%Gamesa Corp. 8,6%China Longyuan Power Group7,5%Nordex7,4%Iberdrola 6,9%