Ce groupe industriel belge est spécialisé dans la production et la vente de matériaux de construction. Fondé en 1905 par Alphonse Emsens sous le nom d'Eternit, abandonné au profit d'Etex avec l'internationalisation amorcée au début des années 1990, il a donc plus d'un siècle. Aujourd'hui, c'est un acteur d'envergure internationale, avec d'ailleurs un ancrage mondial (42pays): 99entreprises, 120sites de production, plus de 17.000salariés pour un chiffre d'affaires (CA) de plus de 3milliards EUR. Ce CA est réalisé dans 4segments: revêtement de façades et panneaux de construction en fibres-ciment, revêtements de toiture, protection passive contre l'incendie et isolation haute performance, et carreaux céramiques pour sols et murs. Etex G...

Ce groupe industriel belge est spécialisé dans la production et la vente de matériaux de construction. Fondé en 1905 par Alphonse Emsens sous le nom d'Eternit, abandonné au profit d'Etex avec l'internationalisation amorcée au début des années 1990, il a donc plus d'un siècle. Aujourd'hui, c'est un acteur d'envergure internationale, avec d'ailleurs un ancrage mondial (42pays): 99entreprises, 120sites de production, plus de 17.000salariés pour un chiffre d'affaires (CA) de plus de 3milliards EUR. Ce CA est réalisé dans 4segments: revêtement de façades et panneaux de construction en fibres-ciment, revêtements de toiture, protection passive contre l'incendie et isolation haute performance, et carreaux céramiques pour sols et murs. Etex Group est largement parvenu à limiter les dégâts au cours d'une année 2015 difficile, dans un paysage politique et économique capricieux, en consolidant la croissance dans les pays émergents _ à l'exception notamment du Brésil et du Nigeria _ tout en continuant à générer des cash-flows solides sur les marchés européens matures, et ce malgré la faiblesse du marché français de la construction. L'Europe prend à son compte 78% du CA du groupe. Celui-ci a progressé de 2,3% (de 2,987 à 3,054milliards EUR). Mais le CA stagne autour de 3milliards EUR depuis environ quatre ans (2012-2015). Les cash-flows opérationnels récurrents (hors éléments uniques, REBITDA) ont baissé de 0,9% (de 413 à 409millions EUR), ce qui représente une baisse de la marge de REBITDA de 13,8 à 13,4%. Le bénéfice opérationnel récurrent (REBIT) a reculé de 3,2% (de 249 à 241millions EUR), soit une contraction de la marge de 8,3 à 7,9%. Le bénéfice net, lui, a chuté lourdement, de 92 à 36millions EUR (-60%) en raison de plusieurs réductions de valeur (uniques) et provisions pour restructurations, notamment en France et en Allemagne. Il s'établit à 0,46EUR par action. Le dividende a été relevé de 0,40 à 0,44EUR brut par action, soit un rendement brut de 4%. La direction se montre positive pour cette année et table sur une croissance modeste du CA, du REBITDA et du bénéfice. Même si la capitalisation boursière atteint près de 900millions EUR, on ne retrouve pas l'action dans la liste des cotations "classiques" d'Euronext Bruxelles. L'investisseur particulier peut négocier des actions Etex Group, mais ce n'est pas simple: vous devez vous rendre aux "enchères publiques", récemment rebaptisées "Euronext Expert Market". En principe, les transactions n'y ont lieu que le mardi (à midi), mais il vaut la peine d'y jeter un coup d'oeil. Surtout si nous comparons la valorisation d'Etex Group à celle de LafargeHolcim, par exemple, car l'écart est significatif. Etex s'échange à moins de 2,5fois le REBITDA 2015, contre 4,5 chez LafargeHolcim, lequel enregistre des marges plus élevées. Ce dernier se négocie à une fois le CA, contre seulement 0,3fois pour Etex... Les deux groupes se négocient à peu près à leur valeur comptable. Pour mémoire, en 2011, Etex Group a racheté les activités Plâtre de Lafarge pour 1,4milliard USD, ou environ 1milliard EUR _ plus que la capitalisation boursière actuelle. Du reste, la position d'endettement du groupe fusionné pèse nettement plus lourd que chez Etex Group: 4,5fois pour le groupe franco-suisse, et moins de 2,5fois pour le groupe belge. ConclusionEtex Group s'adresse aux investisseurs à long terme. Constituez votre position progressivement, et travaillez absolument avec des limites, car l'action est très peu liquide! Rien ne presse d'ailleurs, compte tenu des perspectives difficiles pour l'économie mondiale. On peut voir dans ce groupe un "trésor caché" qui sera redécouvert tôt ou tard.Conseil : digne d'achatRisque : faibleRating : 1A