Malgré le cours historiquement faible d'Anfield Gold, nous ne pouvons répondre à votre question que par l'affirmative. Anfield s'est retrouvé dans l'impasse en mai après la révision drastique des réserves du projet aurifère brésilien Coringa, de 910.000 onces à 376.000 onces. Bien qu'il avait été question de poursuivre le projet, une relance de celui-ci, après la vente décevante en 2014 du projet de nickel Mayaniquel à Cunico Resources, aurait été vouée à l'échec. Nous avons cependant voulu accorder du crédit à l'engagement de l'acti...

Malgré le cours historiquement faible d'Anfield Gold, nous ne pouvons répondre à votre question que par l'affirmative. Anfield s'est retrouvé dans l'impasse en mai après la révision drastique des réserves du projet aurifère brésilien Coringa, de 910.000 onces à 376.000 onces. Bien qu'il avait été question de poursuivre le projet, une relance de celui-ci, après la vente décevante en 2014 du projet de nickel Mayaniquel à Cunico Resources, aurait été vouée à l'échec. Nous avons cependant voulu accorder du crédit à l'engagement de l'actionnaire principal, Ross Beaty (23%), de corriger le tir. Le projet de fusion entre Trek Mining, NewCastle Gold et Anfield Gold semble bien plus solide que le projet Coringa. Par action Anfield Gold, les actionnaires recevront 0,407 action Trek Mining. La nouvelle entité s'appellera Equinox Gold. Les actionnaires d'Anfield Gold en recevront 12%, ceux de Trek Mining et de NewCastle Gold chacun 44%. L'opération valorise Anfield Gold à 0,42 dollar canadien par action ou 50 millions de dollars canadiens. Les actionnaires se prononceront le 19 décembre. Le groupe fusionné misera tout sur les actifs de Trek Mining et NewCastle Gold car depuis l'annonce, Anfield a cédé pour 22 millions de dollars la mine Coringa et pour 13 millions de dollars les droits de vente sur Mayaniquel à International Nickel Supply, après que Cunico a interrompu les remboursements mensuels en septembre. En incluant ces revenus, Equinox Gold disposera de 143 millions de dollars canadiens. En première instance, le nouveau groupe se concentrera sur la relance de la mine brésilienne Aurizona de Trek Mining. Toutes les autorisations ont été accordées et la première production (moyenne escomptée annuellement de 136.000 onces) est attendue pour fin 2018. L'élément très positif est que l'investisseur en matières premières Eric Sprott a accordé une facilité de crédit de 85 millions de dollars pour Aurizona, avec une option complémentaire à concurrence de 200 millions de dollars maximum pour d'autres projets. Egalement au programme, la relance, d'ici 2019 ou 2020, de Castle Mountain, un projet aurifère aux Etats-Unis. C'est un actif essentiel de NewCastle Gold. Ross Beaty mise beaucoup sur Equinox Gold, dont il deviendra le président du conseil d'administration. Il y investira 20 millions de dollars supplémentaires et détiendra 12% du groupe. Nous suggérons aux actionnaires d'Anfield Gold de participer à la fusion. Le projet est intéressant et ouvre des perspectives au groupe. Conserver l'action (rating 2C).