La conviction que la zone euro vivait une reprise réelle de sa croissance économique bat de l'aile. Les statistiques du premier trimestre sont en effet trop faibles pour étayer cette thèse. La croissance ressort sur cette période à un maigre 0,2%. Heureusement, l'Allemagne (+0,8%) a permis à l'ensemble de la zone euro de maintenir la tête hors de l'eau. Car l'Italie et la France, par exemple, ont connu une croissance nulle, tandis que le Portugal et les Pays-Bas ont à nouveau présenté une croissance franchement négative. Au bilan des deux derniers trimestres, le Portugal a pourtant affiché un redressement sensible, alors que les Pays-Ba...