Vers 1800, nous étions environ un milliard de personnes sur Terre. Cent ans plus tard, quelque 1,6 milliard. Mais au siècle dernier, nous avons connu une véritable explosion démographique, pour atteindre environ 6 milliards en l'an 2000. Le 21e siècle est à peine entamé et nous avons déjà, selon les Nations Unies, dépassé le cap des 7 milliards d'habitants en octobre 2011. Cela signifie que la population de la planète croît à un rythme d'environ 75 millions de personnes chaque année, soit environ 200.000 par jour. La plupart des modèles démographiques estiment qu'à l'horizon 2050, nous serons à peu près 9 milliards d'habitants sur la planète.
...

Vers 1800, nous étions environ un milliard de personnes sur Terre. Cent ans plus tard, quelque 1,6 milliard. Mais au siècle dernier, nous avons connu une véritable explosion démographique, pour atteindre environ 6 milliards en l'an 2000. Le 21e siècle est à peine entamé et nous avons déjà, selon les Nations Unies, dépassé le cap des 7 milliards d'habitants en octobre 2011. Cela signifie que la population de la planète croît à un rythme d'environ 75 millions de personnes chaque année, soit environ 200.000 par jour. La plupart des modèles démographiques estiment qu'à l'horizon 2050, nous serons à peu près 9 milliards d'habitants sur la planète.Cette croissance explosive de la démographie est synonyme de défis majeurs pour le secteur agricole. Car aujourd'hui, on estime que 800 à 900 millions de personnes, ou 12% de la population mondiale, souffrent de la faim. Or d'ici 2050, deux milliards de bouches supplémentaires devront être nourries. La production alimentaire devra donc augmenter de 70% pour que la population mondiale soit alimentée. Ce " challenge " est compliqué par la pression exercée au niveau de l'exploitation de terres aux fins de culture agricole d'une part et par l'urbanisation extrême d'autre part. Ce dernier élément donne lieu à un changement des habitudes alimentaires, le besoin de variété (vers la viande, les fruits, les légumes, etc.) étant plus grand. De la superficie mondiale, seuls 12% sont disponibles pour la culture agricole et cette proportion est appelée à baisser. Vu la croissance démographique et le changement d'habitudes alimentaires dans les pays émergents, la demande de céréales s'est accrue de 90% depuis 1980 et devrait encore augmenter de 30% d'ici 2025. Le secteur agricole a donc encore un bel avenir devant lui. Ces dernières années ont cependant démontré que cette croissance ne donnerait pas lieu à des évolutions de cours linéaires. On note des fluctuations de plus en plus grandes d'une récolte à l'autre, conséquence des variations climatiques plus importantes, ce qui a une incidence certes temporaire mais énorme sur les prix des denrées agricoles. En outre, au cours des cinq dernières années, de lourds investissements ont été consentis dans le secteur agricole et l'offre s'est sensiblement étendue.C'est précisément la raison pour laquelle une inflexion spectaculaire a lieu parmi les producteurs d'engrais potassés. La production est en train de dépasser la demande et désormais, c'est " chacun pour soi ", à plus forte raison depuis que le russe Uralkali a décidé de sortir de l'un des deux cartels d'exportation. Pour appâter le client, il faudra baisser les prix et donc rogner sur les marges. Les producteurs de potasse seront donc momentanément hors course. Ces dernières années, la performance la plus notable a été signée par les producteurs de semis et de produits de protection des plantes, comme Monsanto et Syngenta. Mais généralement, il s'agit là d'actions coûteuses, même si ces derniers temps, leurs cours ont heureusement perdu pas mal de plumes. Affaire à suivre.Actuellement, le secteur traverse une passe délicate. Même si ce malaise pourrait, tôt ou tard, être synonyme de réel changement. CF Industries est pour sa part largement sous-valorisé, à moins que les résultats (publiés aujourd'hui, le 6 août) soient décevants. Chez Tessenderlo, l'entrée de Picanol dans le capital au prix de 22 EUR démontre que le cours actuel est encore trop largement le reflet du passé et ne tient pas compte du potentiel du groupe après sa transformation, actuellement en cours. Le plus grand producteur de machines agricoles, Deere&Company, semble lui aussi sous-valorisé et est à nouveau un candidat pour notre portefeuille, mais nous attendons les résultats de la semaine prochaine (14/8).