Comme Tesla, Facebook compte autant de partisans que de détracteurs. L'on peut tenter, à l'aide d'options, de tirer profit de cette ambivalence. Nous pouvons en effet parier qu'à court terme (en moins de trois mois), le cours de l'action se redressera, après le récent dévissage - perte de 119 milliards de dollars de capitalisation consécutive à l'annonce d'un chiffre d'affaires inférieur aux prévisions et d'une révision à la baisse des marges bénéficiaires anticip...