Le ralentissement de la croissance chinoise, qui s'est également accompagné d'une implosion de la Bourse chinoise, s'est traduit, sur les marchés boursiers occidentaux, par un troisième trimestre pour le moins agité. Le consensus veut cependant qu'il s'agisse d'un creux temporaire et que la croissance officielle de 6 à 7% ne corresponde pas à la réalité. Cette croissance s'établirait plutôt entre 4 et 6%.
...