La couronne suédoise (SEK) a cédé un peu plus de 1% de sa valeur face à l'euro au cours des douze derniers mois. Sur cinq ans toutefois, la perte atteint 16%. Comme en Norvège, le dynamisme de l'économie s'accommode très bien de la faiblesse de la monnaie. Le produit intérieur brut (PIB) suédois a augmenté de 4,1% en 2015 et de 3,3 % l'an dernier. Malgré son léger ralentissement, la croissance économique devrait s'établir à 2,6% en 2017, un niveau supérieur de plus de 1% à celui ...

La couronne suédoise (SEK) a cédé un peu plus de 1% de sa valeur face à l'euro au cours des douze derniers mois. Sur cinq ans toutefois, la perte atteint 16%. Comme en Norvège, le dynamisme de l'économie s'accommode très bien de la faiblesse de la monnaie. Le produit intérieur brut (PIB) suédois a augmenté de 4,1% en 2015 et de 3,3 % l'an dernier. Malgré son léger ralentissement, la croissance économique devrait s'établir à 2,6% en 2017, un niveau supérieur de plus de 1% à celui de la zone euro. Le taux de chômage est actuellement de 6,5% et aucune évolution marquante n'est attendue sur ce front en 2018.La Riksbank, la plus ancienne banque centrale au monde, s'inquiète de l'évolution de l'économie et de la faiblesse de l'inflation. De 1,1% en 2016, celle-ci a atteint 1,8% en novembre. La Commission européenne prévoit une inflation d'environ 1,4% pour 2018, ce qui est loin des 2% visés par la Riksbank.La Riksbank laisse pour l'instant son taux directeur inchangé, à -0,5%. Son programme de rachats massifs d'obligations, initialement prévu pour s'achever fin juin 2018, est prolongé. Aucun relèvement de taux n'est donc escompté avant la mi-2018. Ce qui, au vu de la bonne santé de l'économie, étonne plus d'un analyste. L'institution explique sa décision par les nombreuses incertitudes politiques et économiques qui règnent (dont le Brexit), et par la faiblesse de l'inflation. Elle souligne que l'inflation n'est sans doute pas près de se stabiliser autour de son objectif de 2%.Les ménages ont massivement emprunté pour acheter leur logement ces dernières années; les prix immobiliers ont dès lors énormément progressé dans certaines régions. Si les taux augmentent, il faudra s'attendre à des milliers de défauts de paiement, ce qui pourrait mettre la santé des banques en péril. La Riksbank ne laissera pas les choses aller si loin. Le taux à court terme s'établit à -0,5% depuis février 2016. La Riksbank a de surcroît prolongé son programme de rachats d'obligations de l'Etat suédois. Ce faisant, elle pèse davantage encore sur les taux à plus long terme, lesquels étaient déjà très bas.Si la Banque centrale européenne évoque désormais un abandon de sa politique de taux zéro, il n'est pas question de cela en Suède. Les taux vont sans doute handicaper la devise face à l'euro. Nous ne prévoyons dès lors pas de redressement de la couronne par rapport à la monnaie unique au cours des prochains mois.