L'économie norvégienne repose depuis des années sur des bases saines et stables. La couronne (NOK) n'en profite pourtant pas: elle a perdu plus de 15% de sa valeur face à l'euro en cinq ans. La pandémie a encore accentué la baisse, mais la situation se rétablit peu à peu. La banque centrale a ramené son taux directeur à 0%. Une enveloppe budgtaire corr...

L'économie norvégienne repose depuis des années sur des bases saines et stables. La couronne (NOK) n'en profite pourtant pas: elle a perdu plus de 15% de sa valeur face à l'euro en cinq ans. La pandémie a encore accentué la baisse, mais la situation se rétablit peu à peu. La banque centrale a ramené son taux directeur à 0%. Une enveloppe budgtaire correspondant à 5,5% du produit intérieur brut servira à atténuer les conséquences économiques de la crise sanitaire. Après avoir cédé 4,7% au deuxième trimestre, l'économie a rebondi à peu près d'autant au troisième; le quatrième trimestre sera sans doute moins impressionnant.Selon le Fonds monétaire international, l'économie norvégienne s'est contractée de 2,8% seulement en 2020, contre 8,3% pour la zone euro. Elle reste extrêmement sensible aux fluctuations des prix du pétrole et du gaz. Les finances publiques demeureront plus que probablement très saines en 2021. L'endettement élevé des ménages est à surveiller mais la Norvège a constitué, pour le cas où il deviendrait problématique, un fonds de réserve d'une valeur de 10.966 milliards de NOK. La banque centrale n'envisage pas de modifier les taux d'intérêt aussi longtemps que les perspectives économiques resteront, au vu du contexte sanitaire, incertaines.La Norvège a jusqu'à présent relativement bien résisté à la pandémie. Le chômage a peu augmenté. L'excédent budgétaire a considérablement diminué, mais reste positif. Il n'est pas impossible que la Norges Bank assouplisse davantage encore sa politique monétaire. Le marché paraît relativement optimiste; c'est une bonne chose pour une devise comme la couronne, très faible par rapport au dollar et à l'euro. Nous estimons que la NOK repose sur des bases solides et qu'elle pourrait s'apprécier.