A moins que vous ne viviez sur une autre planète, vous aurez remarqué que la Coupe du monde de Football se prépare... Et pour la première fois depuis 2002, nos Diables rouges sont de la partie. Le pays tout entier nourrit de grandes ambitions pour son équipe. Quant au Brésil, qui accueille l'événement, il fait lui aussi couler beaucoup d'encre. Aucun autre pays au monde n'est à ce point identifié au football que le Brésil. Les Brésiliens annoncent leur équipe gagnante, par ailleurs, ce qui signifierait une sixième victoire et un record absolu pour le pays.
...

A moins que vous ne viviez sur une autre planète, vous aurez remarqué que la Coupe du monde de Football se prépare... Et pour la première fois depuis 2002, nos Diables rouges sont de la partie. Le pays tout entier nourrit de grandes ambitions pour son équipe. Quant au Brésil, qui accueille l'événement, il fait lui aussi couler beaucoup d'encre. Aucun autre pays au monde n'est à ce point identifié au football que le Brésil. Les Brésiliens annoncent leur équipe gagnante, par ailleurs, ce qui signifierait une sixième victoire et un record absolu pour le pays.Pour autant, tout n'est pas rose dans le pays du football, de la samba et du carnaval. Le gouvernement de gauche du président Dilma Roussef se voit reprocher d'injecter trop d'argent dans l'organisation de l'événement et trop peu dans les projets sociaux et la lutte contre la criminalité. Chaque jour, des manifestations sont organisées contre la hausse du coût de la vie. La critique est justifiée dans la mesure où l'économie brésilienne est nettement moins performante que lors de la précédente Coupe du monde en Afrique du Sud, il y a quatre ans. Avec une croissance moyenne, entre 2011 et 2014, de quelque 2% (en 2010 encore 7,5%) et une inflation (élevée) de 6%, l'économie brésilienne n'est pas à proprement parler en grande forme... La croissance sensible et longue de la Chine a permis au pays, exportateur de matières premières et de produits agricoles, de se reposer sur ses lauriers. Mais à présent que l'économie chinoise ralentit, le manque de réformes structurelles se fait plus criant et le pays est confronté à ses points faibles. L'indice brésilien Bovespa est dès lors, malgré un rebond récent, en baisse de 5% par rapport à un an plus tôt. Et le réal brésilien (BRL) a perdu quelque 10% au cours des 12 derniers mois par rapport à l'euro.Classe moyenne : 105 millions de membres Cela dit, on ne peut perdre de vue le fait qu'il s'agit malgré tout de l'un des marchés de consommation les plus prometteurs au monde pour les décennies à venir, caractérisé par une population en croissance de déjà 200 millions d'habitants aujourd'hui (les populations d'Allemagne, du Royaume-Uni et de la France réunies). Aujourd'hui, 105 millions de Brésiliens figurent déjà parmi la classe moyenne, et on estime qu'à l'horizon 2020, 15,3 millions viendront s'y ajouter, de sorte que d'ici à la fin de la décennie, cette catégorie représentera 57% de la population brésilienne, contre 34% en 2000. Avec le groupe de distribution français Casino (actionnaire de référence chez GPA, le plus grand distributeur du Brésil), nous avons déjà profité, ces neuf derniers mois, de la croissance de la consommation du plus grand pays d'Amérique Latine. Cette fois (lire notre Flash), nous vous présentons une société brésilienne, Cosan. Juste avant le coup de départ de la Coupe du monde, Adidas est également à l'honneur dans notre commentaire de portefeuille.