Au fil des semaines, les participants auront été appelés à échanger des actions, mais aussi des turbos et des trackers: profitons-en pour revenir sur ces produits dérivés.
...

Au fil des semaines, les participants auront été appelés à échanger des actions, mais aussi des turbos et des trackers: profitons-en pour revenir sur ces produits dérivés. Le turbo est un instrument d'investissement coté en Bourse, qui permet de tirer profit plus rapidement - grâce à un effet de levier - d'une hausse ou d'une baisse du sous-jacent, lequel peut être constitué d'un indice d'actions, d'actions, de taux d'intérêt, de matières premières ou de devises. Pour miser sur une hausse du sous-jacent, l'investisseur achète un turbo long; à l'inverse, l'acquéreur d'un turbo short pronostique un repli.Toute évolution, aussi limitée soit-elle, du sous-jacent, se traduit par un mouvement relativement plus ample de la valeur du turbo: l'investissement ne porte en effet que sur une partie limitée du sous-jacent, le reste étant financé par l'émetteur. L'acquéreur du turbo tire donc profit de l'intégralité de la hausse ou de la baisse du sous-jacent, dans une fraction duquel seulement il a investi. Plus le levier est important, plus le turbo est sensible aux fluctuations de cours du sous-jacent. L'effet de levier rendant les investissements en turbos plus risqués que les investissements dans le sous-jacent directement, cet outil est généralement réservé à l'investisseur actif et expérimenté.Egalement appelé tracker, l'exchange-traded fund (ETF) est un fonds d'investissement coté en Bourse, qui réplique aussi fidèlement que possible un indice (régional, sectoriel, lié aux matières premières, ou autre). Les trackers s'échangent sur les marchés réglementés. Leur valeur est facile à suivre, puisqu'elle évolue parallèlement à l'indice, dont elle vaut généralement 1/10 ou 1/100. Imaginons que le Bel 20 s'établisse à 3.600 points: son tracker vaut donc 360 euros environ. Gérés non pas par des analystes/gestionnaires, mais par des ordinateurs, les ETF sont moins coûteux que les fonds indiciels. Ils sont en outre négociés en continu, contre une seule fois par jour pour la plupart des fonds. Enfin, ils combinent les atouts des actions et des fonds d'investissement - ils distribuent des dividendes, par exemple.