Comme nous l'avons indiqué la semaine dernière, rien ne justifie de déplacer l'accent des valeurs européennes vers leurs pairs américaines. Cela fait une année déjà que Wall Street évolue dans une fourchette de négoce étroite (quelques pour cent seulement). La perspective d'un renversement de tendance au niveau des taux a contribué à cette stagnation. Les indicateurs sous-jacents suggèrent (et confirment) depuis quelque temps qu'en Bourse américaine, le meilleur est déjà derrière nous. Ce qui n'exclut pas que nous puissions connaître un nouveau rebond dans le courant de l'automn...