Certes, le bénéfice net adapté de Total a baissé de 37%, mais c'est tout de même nettement mieux que les autres producteurs pétroliers. En tant qu'acteur intégré, Total a pu tirer profit de la hausse des marges dans la pétrochimie, même si elles sont de 25% inférieures à leur niveau maximum de l'an dernier. Le groupe français a réduit son budget d'investissements à 18 - 19milliards USD par an, contre plus de 25milliards USD ces dernières années. Cela devrait bénéficier aux cash-flows, essentiels pour que le groupe puisse verser son dividende royal. L'an dernier, les cash-flow...