Il semble que le pétrole bon marché appartienne au passé. Depuis le plancher, le cours du pétrole brut a déjà progressé de 70% malgré l'échec des tentatives visant à limiter la production. La hausse du prix du pétrole ne sera très certainement pas rapide, car l'excédent du marché doit d'abord être gommé.
...

Il semble que le pétrole bon marché appartienne au passé. Depuis le plancher, le cours du pétrole brut a déjà progressé de 70% malgré l'échec des tentatives visant à limiter la production. La hausse du prix du pétrole ne sera très certainement pas rapide, car l'excédent du marché doit d'abord être gommé.Le groupe britannico-néerlandais Royal Dutch Shell (RDSA; 21,90EUR), qui a vu les bénéfices de ses trimestres écoulés reculer sensiblement, maintient le dividende traditionnellement élevé, qui représente un rendement brut annuel de 7,5%. Le groupe ne reste pas les bras croisés et a racheté en début d'année l'entreprise britannique BG Group pour 54milliards USD en espèces et en actions. BG Group est spécialisé dans le gaz naturel liquide et cette acquisition accroît d'un quart les réserves de pétrole et de gaz de RDS. Elle alourdit cependant aussi la dette de RDS à 71,9milliards USD, mais ce n'est qu'un peu plus d'un quart de ses fonds propres. Actuellement, les paiements de dividendes consomment annuellement 4milliards USD de plus que le bénéfice du géant pétrolier. À terme c'est difficilement tenable, mais le groupe a annoncé malgré tout que le dividende trimestriel de 0,47USD était assuré jusqu'à la fin de cette année. Malgré ce maintien du dividende élevé, le cours de Bourse de RDSA n'a pas surperformé celui des concurrents qui ont sabré dans leurs dividendes. Actuellement, pour Royal Dutch Shell, vous ne payez qu'une fois la valeur comptable, ce qui reste fondamentalement intéressant pour une entrée. Nous anticipons en effet des cours plus élevés à terme, avec des corrections intermédiaires.Achat call déc '17 20 @ 3,10 EURVente call déc '17 25 @ 1,05 EURCe spread haussier défensif offre un potentiel à la condition que le cours de l'action prenne un peu de hauteur à terme, mais vous avez 18mois devant vous. Pour l'achat du call décembre 2017 au prix d'exercice de 20, vous devrez débourser une prime de 310EUR mais vous récupérez 105EUR par l'émission simultanée du call25 ayant la même échéance. Au total, votre investissement, qui est également votre perte maximale, s'élève donc à 205EUR (310 -105). Sur ce spread, vous êtes au break-even (ni gain ni perte) à l'échéance en cas de cours à 22,05EUR, ce qui est à peine plus élevé que le cours actuel. En cas de cours plus élevé encore, vous êtes en gain, mais celui-ci est plafonné à 25EUR. Si ce niveau est atteint, vous empochez 295EUR, soit plus du double de votre mise. Les spreads haussiers plus agressifs recèlent également un potentiel. La mise est inférieure alors que le potentiel de gain est supérieur. Mais le cours de l'action doit progresser davantage pour que vous enregistriez une plus-value.Émission put déc '17 22 @ 4,05 EURComme souvent, l'émission d'un put (découvert) est une méthode intéressante pour profiter d'une hausse de cours. Vous percevez la prime royale de 405EUR pour l'émission (= vente) du put décembre 2017 au prix d'exercice de 22, de sorte que vous n'accusez de perte qu'en cas de cours de RDS sous 17,95EUR. S'il demeure supérieur à 22EUR, la prime sera à vous en fin de parcours.Achat call déc '17 23 @ 1,70 EURÉmission put 'déc 17 18 @ 2,00 EURL'intérêt de ce turbo est que la prime pour l'achat du call décembre 2017 au prix d'exercice de 23 est obtenue sur l'émission du put18 ayant la même échéance. Vous obtenez initialement 30EUR (200 - 170) sur cette combinaison. À l'échéance, vous n'accusez de perte que sous 17,70EUR. En cas de cours supérieur à 23EUR, vous êtes dans le vert, et votre bénéfice n'est pas plafonné. Le cours de Royal Dutch Shell doit seulement progresser de 5% pour atteindre 23EUR.