Le producteur canadien d'engrais Potash Corporation (32,71 USD) est le numéro un mondial de son secteur. En 2013, la fin du cartel d'exportation entre Uralkali et Belarussian Potash Corp a donné lieu à une baisse de prix structurelle des engrais à base de potasse, mais le cycle semble à présent se réamorcer. Alors qu'entre 2008 et 2013, la demande mondiale de potasse s'est stabilisée à 55 millions de tonnes, elle s'est accrue l'an dernier à 63 millions de tonnes, aidée par la hausse de la demande depuis la Chine et l'Inde. Pour 2015, Potash table sur une demande totale de 60 millions de tonnes. Au cours de la décennie écoulée, le groupe a consacré pas moins de 8,3 milliards USD à l'expansion de sa capacité ...

Le producteur canadien d'engrais Potash Corporation (32,71 USD) est le numéro un mondial de son secteur. En 2013, la fin du cartel d'exportation entre Uralkali et Belarussian Potash Corp a donné lieu à une baisse de prix structurelle des engrais à base de potasse, mais le cycle semble à présent se réamorcer. Alors qu'entre 2008 et 2013, la demande mondiale de potasse s'est stabilisée à 55 millions de tonnes, elle s'est accrue l'an dernier à 63 millions de tonnes, aidée par la hausse de la demande depuis la Chine et l'Inde. Pour 2015, Potash table sur une demande totale de 60 millions de tonnes. Au cours de la décennie écoulée, le groupe a consacré pas moins de 8,3 milliards USD à l'expansion de sa capacité de production. En conséquence, le cash-flow libre doit augmenter de 1,25 milliard à 2 milliards USD, ce qui permettra au groupe de maintenir sa politique de dividende royale. Elément négatif : les résultats du 1er trimestre de cette année sont décevants. Potash a enregistré un bénéfice par action de 0,44 USD alors que les analystes avaient espéré 0,50 USD. Pour l'ensemble de 2015, le groupe anticipe désormais un bénéfice par action compris entre 1,75 et 2,05 USD. Cet ajustement s'est traduit par un repli de cours, mais à 17 fois le bénéfice attendu pour 2015, l'action semble à nouveau intéressante à l'achat. Qui plus est, nous retiendrons qu'El Nino peut encore donner lieu à un choc des prix. A l'aide de combinaisons d'options ciblées, vous pouvez miser sur ce scénario. Nous préférons les séries qui viennent à échéance en janvier 2016.Spread haussier défensifAchat call jan '16 30 @ 3,60 USDEmission call jan '16 34 @ 1,35 USDCe spread haussier se compose tout d'abord de l'achat du call janvier 2016 au prix d'exercice de 30, un contrat qui coûte 360 USD. En émettant simultanément le call 34 ayant la même échéance, vous récupérez 135 USD. Votre mise, qui est aussi votre perte maximale, est ainsi réduite à 225 USD (360-135). Le cours de Potash doit seulement progresser à l'échéance de 4% par rapport à aujourd'hui (au minimum à 34 USD) pour que vous empochiez le bénéfice maximal de 175 USD, soit 78% de plus que votre mise. Le break-even, c'est-à-dire le niveau auquel vous n'actez ni gain ni perte, se situe à 32,25 USD, soit 1,5% de moins que le cours actuel.Spread haussier plus agressifAchat call jan '16 32 @ 2,35 USDEmission call jan '16 36 @ 0,75 USDLes primes étant raisonnables, ce spread haussier plus agressif peut aussi être intéressant si le cours de Potash progresse légèrement dans les huit prochains mois. L'achat du call janvier 2016 au prix d'exercice de 32, qui vous donne le droit d'acheter les titres pendant toute la durée au prix de 32 USD, coûte 235 USD, mais vous récupérez un tiers de ce montant en émettant simultanément le call janvier 2016 au prix d'exercice de 36. Votre mise revient donc à 160 USD (235-75). En comparaison avec le spread haussier défensif, votre mise est inférieure, alors que le potentiel de gain est supérieur. Au maximum, vous pouvez tirer 240 USD de cette opération, soit 150% de plus que votre mise, mais pour y arriver, le cours du titre doit progresser de 11%.Emission putEmission put jan '16 31 @ 1,80 USDL'émission d'un put découvert est toujours très intéressante lorsque vous pensez qu'une action est digne d'achat au cours actuel. Pour l'émission (= vente) du put janvier 2016 au prix d'exercice de 31, vous empochez une prime attrayante de 180 USD, ce qui signifie que vous n'accusez de perte qu'en cas de cours inférieur à 29,20 USD. Vous disposez donc d'une marge à la baisse de 11%.