Comme de nombreuses autres sociétés technologiques classiques, le géant informatique américain IBM (155,95 USD) a été pris à contrepied par les dernières évolutions dans le secteur, telles que le cloud computing. Celles-ci ont bouleversé le modèle d'affaires traditionnel, où les produits et services sont vendus et ensuite entretenus. Certes, les activités générant une marge plus élevée chez IBM, comme le cloud computing, la sécurisation ou l'analyse des données, affichent une croissance, mais celle-ci est pour l'heure insuffisante pour compenser le recul des autres segments. Les chiffres du 3etrimestre 2014 furent décevants et les attentes des analystes n'étaient dès lors pas franchement élev...

Comme de nombreuses autres sociétés technologiques classiques, le géant informatique américain IBM (155,95 USD) a été pris à contrepied par les dernières évolutions dans le secteur, telles que le cloud computing. Celles-ci ont bouleversé le modèle d'affaires traditionnel, où les produits et services sont vendus et ensuite entretenus. Certes, les activités générant une marge plus élevée chez IBM, comme le cloud computing, la sécurisation ou l'analyse des données, affichent une croissance, mais celle-ci est pour l'heure insuffisante pour compenser le recul des autres segments. Les chiffres du 3etrimestre 2014 furent décevants et les attentes des analystes n'étaient dès lors pas franchement élevées pour le 4etrimestre, dont les résultats ont été publiés le 20 janvier. A juste titre a posteriori. Certains analystes valident le scénario d'une scission d'IBM, mais nous n'y croyons pas car il existe encore suffisamment de synergies entre les divisions. Fondamentalement, la valorisation du titre (9,5 fois le bénéfice 2015) se trouve à son plus faible niveau des 5 dernières années, ce qui laisse une latitude au cours pour un redressement. Moyennant des combinaisons d'options ciblées, vous pouvez miser sur une hausse en courant un risque limité. A vous le choix entre les options qui viennent à échéance en janvier 2016 et ont une durée d'un an, et celles qui expirent en janvier 2017. Spread haussier défensifAchat call jan '17 140 @ 25,75 USDEmission call jan '17 170 @ 12,20 USDL'achat du call janvier 2017 au prix d'exercice de 140 exige un investissement de 2575 USD pour un contrat standard de 100 titres. En émettant en parallèle le call 170 ayant la même échéance, vous récupérez environ 40% de votre mise, qui se réduit à 1355 USD (2575 - 1220), et c'est aussi votre perte maximale. Le break-even se situe à 153,55 USD, soit 2% sous le cours actuel. Naturellement, vous misez sur une hausse, et si le cours de 170 USD au moins est atteint, vous empochez la plus-value maximale de 1645 USD, soit 121% de plus que votre mise. Pour cela, une hausse de 9% suffit et vous avez deux ans pour qu'elle se produise.Emission putEmission put jan '17 140 @ 13,65 USDLes primes des options put sur IBM sont raisonnables. Vous recevez notamment 1365 USD pour l'émission du put janvier 2017 au prix d'exercice de 140, qui donne droit à l'acheteur de vendre 100 titres IBM à 140 USD pendant toute la durée. Compte tenu de la prime, vous payez les titres 126,35 USD dans le pire des cas, ce qui suppose que vous disposez d'une marge à la baisse de 19%. Si le cours d'IBM demeure supérieur à 140 USD, la prime reçue est définitivement acquise à l'échéance. Vous pouvez aussi envisager l'émission du put janvier 2017 au prix d'exercice de 130, qui rapporte une prime de 1010 USD, de sorte que votre risque est réduit à 119,90 USD.TurboAchat call jan '17 170 @ 12,20 USDEmission put jan '17 135 @ 11,80 USDAvec ce turbo, l'argent pour l'achat du call janvier 2017 au prix d'exercice de 170 (1220 USD) provient en grande partie de l'émission du put 135 ayant la même échéance. Ce dernier contrat rapporte 1180 USD, ce qui réduit votre mise à 40 USD (1220 - 1180). Si le cours d'IBM est supérieur, à l'échéance, à 170,40 USD, vous serez en bénéfice. En cas de cours inférieur à 135 USD, votre perte s'alourdit, mais vous pourrez vous consoler en vous disant que la perte aurait été bien plus sévère si vous aviez acheté directement les actions. Par rapport au cours actuel, la marge à la baisse ressort à 13%.