Le groupe postal belge bpost (24,4EUR) a récemment fait l'actualité après l'échec de l'accord sur la reprise du groupe néerlandais PostNL à 5,1EUR par action (en liquide et en actions bpost), notamment parce que l'ex-ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, a été trop bavard. C'est sur une logique industrielle que repose cet échec. La distribution de lettres et de cartes ne donne pas lieu à de réels avantages de synergie, mais la donne est différente dans le segment des paquets, une activité où les deux groupes excellent. Pour bpost particulièrement, cela représente un important pôle de croissance car les envoi...

Le groupe postal belge bpost (24,4EUR) a récemment fait l'actualité après l'échec de l'accord sur la reprise du groupe néerlandais PostNL à 5,1EUR par action (en liquide et en actions bpost), notamment parce que l'ex-ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, a été trop bavard. C'est sur une logique industrielle que repose cet échec. La distribution de lettres et de cartes ne donne pas lieu à de réels avantages de synergie, mais la donne est différente dans le segment des paquets, une activité où les deux groupes excellent. Pour bpost particulièrement, cela représente un important pôle de croissance car les envois de courrier traditionnel reculent. Bien que le chiffre d'affaires de PostNL soit de moitié supérieur à celui de bpost, le groupe belge est beaucoup plus rentable. Il ne fait aucun doute qu'un autre groupe tentera d'acquérir PostNL, alors que l'échec de l'offre ne place aucune hypothèque sur bpost. Naturellement, il semble évident que bpost cherchera d'autres rachats pour mettre à l'oeuvre sa trésorerie confortable. Rendez-vous sur Euronext Bruxelles, où les séries les plus longues viennent à échéance le troisième vendredi de septembre 2016. Travaillez avec des limites car il y a peu d'échanges. Spread haussier défensifAchat call sep 24 @ 1,35 EURÉmission call sep 26 @ 0,50 EURVous investissez 85EUR car l'achat du call septembre au prix d'exercice de 24 coûte 135EUR, alors que vous récupérez 50EUR par l'émission simultanée du call26 ayant la même échéance. Vous ne pouvez pas perdre plus que ce montant. L'avantage est que le cours de bpost ne doit se hisser qu'à 26EUR pour que vous engrangiez le gain maximal de 115EUR ou 135% de plus que votre mise. Pour y parvenir, une hausse de l'action sous-jacente de 6% suffit. Enfin, votre break-even, le niveau auquel vous n'actez ni gain ni perte, se trouve à 24,85EUR, soit 2% de plus que le cours actuel de bpost.Émission putÉmission put sep 24 @ 0,90 EURVous ne ferez pas fortune en émettant (vente) le put septembre au prix d'exercice de 24. Ceci dit, la prime de 90EUR que vous obtenez par contrat de 100options en vaut la peine. À l'échéance, vous n'accusez donc de perte qu'en cas de cours inférieur à 23,10EUR, ce qui signifie que vous disposez d'une marge de baisse de 5%. Notez que l'échéance s'élève seulement à un peu plus de trois mois et que bpost est une action peu volatile. L'émission du put septembre au prix d'exercice 23 (prime de 0,55EUR) peut également être envisagée.TurboAchat call sep 26 @ 0,50 EURÉmission put sep 23 @ 0,55 EURVous n'investissez pas d'argent dans ce turbo alors que le potentiel de plus-value est important en cas de hausse de l'action. La prime que vous devez débourser pour l'achat du call septembre au cours d'exercice de 26 s'élève à 50EUR, alors que vous obtenez 55EUR sur l'émission simultanée du put23 précité ayant la même échéance. Vous obtenez initialement la bagatelle de 5EUR (55 - 50) sur cette combinaison. À l'échéance, vous êtes en perte sous 22,95EUR. Vous disposez donc d'une marge à la baisse de 6%. Vous serez en positif en cas de cours de plus de 26EUR, et l'avantage est que cette plus-value n'est pas plafonnée.