Ces dernières années, le secteur aéronautique a fait face à plusieurs vents contraires. De même, AirFrance-KLM (7,16 EUR), leader mondial du secteur avec un chiffre d'affaires (CA) annuel de 25 milliards EUR, n'a pas davantage brillé en Bourse. Son CA stagne depuis de nombreuses années, ce qui est évidemment un point négatif. Qui plus est, le groupe parvient à peine à générer un bénéfice net. C'est la raison principale pour laquelle l'action AirFrance-KLM s'échange toujours à un niveau proche de celui qui prévalait au moment de la fusion en 2003. Pendant les cinq dernières années, le cours de l'action a dévissé d'un tiers, alors que l'indice CAC40 a progressé de 40%. Tout espoir n'est pas perdu cependant, grâce ...

Ces dernières années, le secteur aéronautique a fait face à plusieurs vents contraires. De même, AirFrance-KLM (7,16 EUR), leader mondial du secteur avec un chiffre d'affaires (CA) annuel de 25 milliards EUR, n'a pas davantage brillé en Bourse. Son CA stagne depuis de nombreuses années, ce qui est évidemment un point négatif. Qui plus est, le groupe parvient à peine à générer un bénéfice net. C'est la raison principale pour laquelle l'action AirFrance-KLM s'échange toujours à un niveau proche de celui qui prévalait au moment de la fusion en 2003. Pendant les cinq dernières années, le cours de l'action a dévissé d'un tiers, alors que l'indice CAC40 a progressé de 40%. Tout espoir n'est pas perdu cependant, grâce surtout à la baisse des cours des matières premières. En conséquence, le groupe peut économiser quelque 1,5 milliard EUR sur sa facture de carburant, ce qui devrait lui permettre de renouer avec les bénéfices nets. Cela dit, AirFrance-KLM présente une dette non négligeable de 5,3 milliards EUR, soit 3,2 fois le cash-flow opérationnel (EBITDA). Ses dettes doivent donc être allégées et c'est la raison pour laquelle nous considérons AirFrance-KLM comme un candidat au trading pour les 6 à 12 prochains mois. Fondamentalement, l'action semble bon marché, avec un ratio de 4 fois seulement sa valeur d'entreprise par rapport à son EBITDA. Nous anticipons donc un redressement et notre préférence va aux options qui viennent à échéance en décembre 2015. Le négoce sur Euronext Amsterdam est faible mais les spreads semblent intéressants.Spread haussier défensifAchat call déc '15 6 @ 1,75 EUREmission call déc '15 8,50 @ 0,65 EUR Pour l'achat du call décembre 2015 au prix d'exercice de 6, vous payez une prime de 175 EUR pour un contrat standard de 100 titres, mais récupérez aussitôt une partie importante de ce montant par l'émission simultanée du call 8,50 associé à la même échéance. Votre mise baisse en conséquence à 110 EUR (175 - 65). C'est aussi votre perte maximale. Votre break-even se situe à 7,10 EUR, soit sous le cours actuel. Si le cours d'AirFrance-KLM se hisse à l'échéance à au moins 8,50 EUR, vous empocherez la plus-value maximale de 140 EUR, soit 127% de plus que votre mise. Pour cela, une hausse relativement modeste du cours (16%) par rapport à son niveau actuel suffit.Emission putEmission put déc '15 6,50 @ 0,90 EUR L'émission d'un put découvert est très tentante lorsque le cours d'une action est faible et que vous anticipez une hausse. Dans le cas d'AirFrance-KLM par ailleurs, les primes sont intéressantes. Ainsi percevez-vous 90 EUR pour l'émission (vente) du put décembre 2015 au prix d'exercice de 6,50. Cette prime royale signifie qu'en définitive, vous n'accusez de perte qu'en cas de cours inférieur à 5,60 EUR, ce qui signifie que vous disposez d'une marge à la baisse de 22%. Si le cours reste supérieur à 6,50 EUR, la prime sera toute à vous à l'échéance. Les investisseurs défensifs peuvent également émettre des puts associés à un prix d'exercice inférieur, comme le put 6 (prime de 0,70 EUR) ou 5 (prime de 0,40 EUR). TurboAchat call déc '15 8 @ 0,80 EUREmission put déc '15 6,50 @ 0,90 EURDans ce turbo, vous n'investissez pas d'argent car la prime que vous payez pour l'achat du call décembre 2015 au prix d'exercice de 8 (80 EUR) est même plus faible que celle que vous percevez pour l'émission du put 6,50 (90 EUR) ayant la même échéance. Vous actez une plus-value en cas de cours supérieur à 8 EUR, alors que vous accusez une perte lorsque le cours de l'action faiblit sous 6,40 EUR. Vous disposez donc d'une marge à la baisse de 11%.