Cette fois encore, la réelle percée se fait attendre. Les analystes techniques exigent en effet un cours de clôture de 3% supérieur (103 USD), alors que ce cours plus élevé doit se maintenir au moins trois jours. Une chose est sûre : Boeing est très cher et l'action semble immunisée contre les nouvelles défavorables. Ainsi les problèmes autour du Dreamliner 787, un appareil qui est gardé au sol par les compagnies depuis la mi-janvier 2013, ne sont-ils toujours pas résolus. Les investisseurs restent optimistes en raison du carnet de commandes bien garni et du programme de rachat d'actions propres, mais à un rapport cours/bénéfice attendu de 17, nous estimons que le t...