Cette fois encore, la réelle percée se fait attendre. Les analystes techniques exigent en effet un cours de clôture de 3% supérieur (103 USD), alors que ce cours plus élevé doit se maintenir au moins trois jours. Une chose est sûre : Boeing est très cher et l'action semble immunisée contre les nouvelles défavorables. Ainsi les problèmes autour du Dreamliner 787, un appareil qui est gardé au sol par les compagnies depuis la mi-janvier 2013, ne sont-ils toujours pas résolus. Les investisseurs restent optimistes en raison du carnet de commandes bien garni et du programme de rachat d'actions propres, mais à un rapport cours/bénéfice attendu de 17, nous estimons que le t...

Cette fois encore, la réelle percée se fait attendre. Les analystes techniques exigent en effet un cours de clôture de 3% supérieur (103 USD), alors que ce cours plus élevé doit se maintenir au moins trois jours. Une chose est sûre : Boeing est très cher et l'action semble immunisée contre les nouvelles défavorables. Ainsi les problèmes autour du Dreamliner 787, un appareil qui est gardé au sol par les compagnies depuis la mi-janvier 2013, ne sont-ils toujours pas résolus. Les investisseurs restent optimistes en raison du carnet de commandes bien garni et du programme de rachat d'actions propres, mais à un rapport cours/bénéfice attendu de 17, nous estimons que le titre est trop cher. Tôt ou tard, les investisseurs reviendront les pieds sur terre. Avec des combinaisons sur options ciblées, vous pouvez profiter de la baisse attendue, même s'il est très difficile de déterminer une échéance précise. Les échanges des options sur Boeing sont nombreux, surtout dans les séries proches du cours actuel. Nous avons imaginé plusieurs exemples avec des options venant à échéance en janvier 2014 et qui ont une durée de 7,5 mois.Spread baissier défensifAchat put jan '14 110 @ 13,75 USDEmission put jan '14 95 @ 5,50 USDLe risque de cette formule est limité alors que son potentiel de gain est considérable en cas de repli du cours de l'action. L'achat du put janvier 2014 au prix d'exercice de 110 exige un investissement de 1375 USD alors que l'émission parallèle du put 95 ayant la même échéance rapporte une prime de 550 USD. Votre mise s'élève donc à 825 USD (1375 - 550) et c'est aussi votre perte maximale. Vous perdrez tout si le cours de Boeing à l'échéance est supérieur à 110 USD. Traditionnellement, nous calculons le break-even, soit le niveau auquel vous n'actez ni gain ni perte. En l'occurrence, celui-ci se trouve à 101,75 USD, proche du cours actuel donc. Si le cours est inférieur à 95 USD à l'échéance, vous empocherez le gain maximal de 675 USD et pour cela, un repli de 5% suffit.Spread baissier plus agressifAchat put jan '14 95 @ 5,50 USDEmission put jan '14 85 @ 2,65 USDPour ce spread baissier plus agressif, nous commençons par l'achat du put janvier 2014 au prix d'exercice de 95, le contrat émis dans le premier exemple. Comptez pour cela 550 USD. Par l'émission du put janvier 2014 au prix d'exercice de 85, vous pouvez récupérer 265 USD, soit près de la moitié de ce montant. Votre mise représente à peine 285 USD (550 - 265) et si le cours de Boeing se trouve à l'échéance à 92,15 USD, vous êtes quitte. Ceci implique une baisse de 8%. En cas de cours inférieur, vous enregistrerez un bénéfice, avec un maximum à 715 USD en cas de cours à 85 USD, voire inférieur. Pour cela, un repli de 15% suffit.Emission callEmission call jan '14 105 @ 5,10 USDL'une des meilleures manières de gagner de l'argent sur un repli consiste à émettre un call (à découvert). Vous percevez en effet une prime que vous pouvez conserver si le cours demeure inférieur aux prix d'exercice. Pour l'émission du call janvier 2014 au prix d'exercice de 105, vous recevez 5,10 USD. Vous n'êtes finalement en perte qu'en cas de cours à plus de 110,10 USD. Vous disposez donc d'une marge de 10%. Si les choses n'évoluent pas comme prévu et que le cours de Boeing prend de la hauteur, vous pouvez essayer de sauver les meubles avec une opération de roulage du call émis.