Avec une capitalisation boursière de 56milliards USD, CNOOC (China National Offshore Oil Company) est le plus grand producteur chinois de pétrole et de gaz naturel offshore (en eau profonde). L'entreprise compte également parmi les plus grands groupes pétroliers et gaziers au monde. CNOOC a son siège à Hong Kong depuis 1999 et est cotée à la fois sur la bourse de Hong Kong et de New York (ticker: CEO) depuis 2001. Signalons d'emblée que le groupe n'est pas uniquement actif en Chine. Un événement crucial dans cette évolution a été son acquisition, il y a quelques années (février 2013), de la compagnie pétrolière et gazière canadienne Nexen pour 15,1milliards USD. À l'époque, c'était la plus grande acquisition d'une société étrangère par un groupe chinois. Elle a naturellement provoqué un certain émoi, et l'...

Avec une capitalisation boursière de 56milliards USD, CNOOC (China National Offshore Oil Company) est le plus grand producteur chinois de pétrole et de gaz naturel offshore (en eau profonde). L'entreprise compte également parmi les plus grands groupes pétroliers et gaziers au monde. CNOOC a son siège à Hong Kong depuis 1999 et est cotée à la fois sur la bourse de Hong Kong et de New York (ticker: CEO) depuis 2001. Signalons d'emblée que le groupe n'est pas uniquement actif en Chine. Un événement crucial dans cette évolution a été son acquisition, il y a quelques années (février 2013), de la compagnie pétrolière et gazière canadienne Nexen pour 15,1milliards USD. À l'époque, c'était la plus grande acquisition d'une société étrangère par un groupe chinois. Elle a naturellement provoqué un certain émoi, et l'opération n'a été approuvée que plusieurs mois plus tard. En acquérant Nexen, CNOOC a mis la main sur des sites de production offshore supplémentaires en mer du Nord, dans le golfe du Mexique et au large de l'Afrique de l'Ouest, ainsi que sur le projet de sables pétrolifères de Long Lake dans la province canadienne de l'Alberta. Les objectifs du groupe font état d'une production moyenne quotidienne de 1,25 à 1,35million de barils pour cette année (moyenne de 1,35million de barils l'an dernier) et de 4,32milliards de barils de réserves prouvées. Les principales zones de production sont Bohai (au large de Pékin), la mer de Chine orientale, la mer de Chine du Sud-Est et la mer de Chine du Sud-Ouest, mais le groupe est aujourd'hui actif sur tous les continents grâce à l'acquisition de Nexen. Bohai a apporté 42% de la production au premier trimestre 2016, l'ensemble des activités chinoises prenant à leur compte 66% de la production. Cela signifie que 34% de la production a été réalisée en dehors des eaux chinoises. Par ailleurs, la production totale se composait pour 84% de pétrole et 16% de gaz naturel. Le quinquennat 2009-2013 s'est caractérisé par une forte croissance de chiffre d'affaires et de bénéfices. Ce dernier a progressé d'environ 29,5 à 56,5milliards de yuans (CNY), soit une hausse de 91,5%. Au cours de cette période, le groupe a également généré d'impressionnants cash-flows, d'où les dividendes attrayants. En 2013 et 2014, il a chaque fois versé plus de 7USD brut par action en dividendes. L'actualité est cependant dominée par le fort repli du cours du pétrole depuis le printemps 2014. Les résultats sont dès lors sous pression, avec au premier semestre la première perte nette comptable depuis l'IPO de 2001 (-7,74millions CNY) après une réduction de valeur de 10,4milliards CNY sur les sables pétrolifères canadiens. CNOOC a encore publié en janvier dernier une mise à jour de sa stratégie pour les années à venir. Les investissements (capex) seront réduits (de 107milliards CNY en 2014 et 67,2milliards CNY en 2015, soit une baisse de 44% déjà) à moins de 60milliards CNY cette année. Deux tiers (64%) de ce budget seront consacrés au développement de champs découverts précédemment en vue de leur mise en production. Notons également que 49% du budget est destiné aux opérations à l'étranger. Une orientation plus prudente donc, et davantage axée sur les cash-flows. CNOOC table sur une production de gaz et de pétrole plutôt stable pour les années à venir: 495millions de barils l'an dernier, entre 470 et 485millions de barils cette année, 485millions l'an prochain et environ 500millions en 2018. Au début de cette année, l'action s'échangeait 65% sous son sommet de 2012. Depuis, le cours s'est redressé à environ la moitié de son point culminant. ConclusionL'action CNOOC est valorisée à un rapport valeur d'entreprise/cash-flows opérationnels (EBITDA) de 6 et à sa valeur comptable. Attrayant, en d'autres termes. On trouve des ADR de CNOOC sur le NYSE, un ADR correspondant à 100actions CNOOC cotées à Hong Kong. Grâce au renversement de tendance du cours du pétrole, l'action, qui a perdu la moitié de sa valeur depuis son sommet, affiche un beau potentiel de redressement. Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B