Ces dernières semaines, la correction des actions du secteur technologique a fait couler beaucoup d'encre. Elle a surtout fait des victimes au sein de la niche très en vogue des médias sociaux. Cette correction est une nouvelle illustration du schisme qui s'est opéré dans le secteur technologique. Dans le segment des entreprises "classiques" comme Microsoft, Intel, IBM, Cisco ou Oracle, pour n'en citer que quelques-unes, les valorisations ne sont pas exorbitantes - dans certains cas, elles sont même inférieures à la moyenne du marché. Mais nous soulignions surtout, dans l'IB-3B, la survalorisation flagrante d'actions comme Twitter, Facebook et LinkedIn.
...