Un premier élément est la sécheresse exceptionnelle observée en Europe et dans de nombreuses régions des Etats-Unis. Elle a entraîné un bond du cours du blé de 25% le mois dernier, le portant à son plus haut niveau depuis juillet 2015. L'Allemagne devrait connaître sa moins bonne récolte depuis 2003. C'est pourquoi, alors qu'elle est habituellement exportatrice de la céréale, elle approvisionnera cette année exclusivement son marché domestique. Au Canada,...

Un premier élément est la sécheresse exceptionnelle observée en Europe et dans de nombreuses régions des Etats-Unis. Elle a entraîné un bond du cours du blé de 25% le mois dernier, le portant à son plus haut niveau depuis juillet 2015. L'Allemagne devrait connaître sa moins bonne récolte depuis 2003. C'est pourquoi, alors qu'elle est habituellement exportatrice de la céréale, elle approvisionnera cette année exclusivement son marché domestique. Au Canada, en Australie et en Ukraine, les récoltes sont maigres également. La sécheresse affecte moins le maïs et le soja car une partie de leur production provient de l'hémisphère sud. Mais l'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et le reste du monde pèse elle aussi sur ces céréales. Le mécanisme de formation de leurs cours est bouleversé. Les Etats-Unis sont le plus gros exportateur de soja et de maïs au monde. La Chine, premier importateur de soja américain, menace d'imposer des taxes sur l'importation des produits agricoles américains. Le mois dernier, cette crainte a déjà ramené le cours du soja à son plus bas niveau depuis 2008! Celui-ci s'est certes redressé de 10% ces dernières semaines, mais il est devenu très difficile d'anticiper son évolution. Le maïs n'est pas plus immunisé contre une hausse des tarifs douaniers, mais les récoltes en Amérique du Sud, décevantes, soutiennent son cours. Il a lui aussi gagné 10% depuis son plancher.Depuis l'adoption du règlement PRIIP en Europe, l'assortiment de trackers et produits à effet de levier disponibles est maigre, pour les investisseurs belges. Heureusement, pour investir dans les céréales, ils peuvent trouver leur bonheur parmi les produits européens. Nous suggérons l'ETFS Grains, émis par WisdomTree. Il s'agit d'un tracker synthétique coté sur la Bourse de Francfort (ticker : OD7Y; code ISIN: DE000AOKRKF9) qui réplique le Bloomberg Grains. Il reproduit l'évolution des cours du soja, du maïs et du blé via des contrats d'échange. Les frais de gestion s'élèvent à 0,49% par an. Le même émetteur propose également des trackers sur des céréales individuelles: l'ETFS Wheat (blé), l'ETFS Corn (maïs) et l'ETFS Soybeans (soja). Les amateurs de produits à effet de levier sur les céréales peuvent se tourner vers Goldman Sachs (http://www.gsmarkets.be).