L'une des images les plus marquantes de ces dernières semaines dans notre pays fut probablement celle de la foule amassée devant les magasins du chausseur Brantano, en faillite. Jusqu'alors, les soldes d'été n'avaient connu qu'un succès mitigé, l'interdiction de faire des courses à plusieurs et pendant plus de 30 minutes dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 ayant découragé les consommateurs. Mais la réduction de 75% sur les stocks du chausseur a remisé au placard la peur de la contagion. Les experts ont évoqué le réveil d'instincts de prédation chez les consommateurs...

L'une des images les plus marquantes de ces dernières semaines dans notre pays fut probablement celle de la foule amassée devant les magasins du chausseur Brantano, en faillite. Jusqu'alors, les soldes d'été n'avaient connu qu'un succès mitigé, l'interdiction de faire des courses à plusieurs et pendant plus de 30 minutes dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 ayant découragé les consommateurs. Mais la réduction de 75% sur les stocks du chausseur a remisé au placard la peur de la contagion. Les experts ont évoqué le réveil d'instincts de prédation chez les consommateurs qui, appâtés par ces réductions exceptionnelles à l'approche de la rentrée, semblent avoir oublié toute règle de décence.Dans les salles de marché, les chasseurs de bonnes affaires se rencontrent généralement au début du déclin des marchés boursiers, autrement dit dès les premières soldes, quand les rabais se limitent encore à 10 ou 20%, pour filer la métaphore avec le commerce de détail - et c'est bien curieux, car à mesure que les cours continuent de baisser, l'appétence diminue au lieu d'augmenter. L'histoire l'a prouvé, les planchers des indices boursiers se forment dans des volumes très faibles. Au contraire, plus une entreprise est sous les feux de la rampe, plus ses actions suscitent les convoitises. Le holding Sofina en forme un bon exemple. L'année dernière, nos abonnés ont manifesté un intérêt inégalé pour l'action. Il fut un temps où Sofina était surnommée "la belle au bois dormant", car le cours de l'action ne reflétait souvent que la moitié de sa valeur intrinsèque, mais l'intérêt pour la valeur était minime. Grâce au succès rencontré avec un certain nombre de participations non cotées, Sofina est devenue une star du marché boursier; son cours atteint des records et la décote a fait place à une prime sur la valeur intrinsèque - et l'action est aujourd'hui très prisée.En général, les volumes records sont atteints durant la dernière année de hausse boursière - autrement dit, juste avant le krach. Ces dernières semaines, par exemple, nos abonnés nous ont surtout posé des questions sur un achat, s'appuyant sur l'évolution de l'action depuis mars ou avril. C'est la raison pour laquelle psychologues et sociologues concluent généralement que l'homme n'est pas fait pour investir en Bourse. Nous sommes des animaux grégaires doués d'émotions, des caractéristiques incompatibles avec la réussite boursière. Que les marchés boursiers prennent la raclée ou pulvérisent les records, il faudrait continuer d'agir de manière rationnelle et ne pas céder à la peur ou à la cupidité. Pour investir de manière fructueuse en Bourse, il faut pouvoir faire cavalier seul, oser acheter à bas prix et prendre ses bénéfices alors que le reste du monde affirme que les marchés boursiers vont poursuivre leur ascension. L'exercice est ardu et peu naturel, mais porte presque toujours ses fruits à long terme.