Dans des circonstances " normales ", les marchés sont enchantés lorsque des nouvelles économiques favorables sont publiées et déçus quand les nouvelles sont fâcheuses. A moins bien sûr que les investisseurs commencent à craindre une surchauffe de l'économie et une flambée inflationniste. Ce dernier scénario n'est absolument pas à l'ordre du jour, au contraire. Aujourd'hui, tout le monde aspire à une embellie... Hormis Wall Street. Les Américains préfèreraient en effet que l'économie patauge encore quelque temps et ne se redresse que très progressivement, histoire de ne pas compromettre la politique monétaire accommodante de la Banque centrale.
...