Dans des circonstances " normales ", les marchés sont enchantés lorsque des nouvelles économiques favorables sont publiées et déçus quand les nouvelles sont fâcheuses. A moins bien sûr que les investisseurs commencent à craindre une surchauffe de l'économie et une flambée inflationniste. Ce dernier scénario n'est absolument pas à l'ordre du jour, au contraire. Aujourd'hui, tout le monde aspire à une embellie... Hormis Wall Street. Les Américains préfèreraient en effet que l'économie patauge encore quelque temps et ne se redresse que très progressivement, histoire de ne pas compromettre la politique monétaire accommodante de la Banque centrale.
...

Dans des circonstances " normales ", les marchés sont enchantés lorsque des nouvelles économiques favorables sont publiées et déçus quand les nouvelles sont fâcheuses. A moins bien sûr que les investisseurs commencent à craindre une surchauffe de l'économie et une flambée inflationniste. Ce dernier scénario n'est absolument pas à l'ordre du jour, au contraire. Aujourd'hui, tout le monde aspire à une embellie... Hormis Wall Street. Les Américains préfèreraient en effet que l'économie patauge encore quelque temps et ne se redresse que très progressivement, histoire de ne pas compromettre la politique monétaire accommodante de la Banque centrale.L'économie réelle (" Main Street ") opposée à l'économie financière (Wall Street) : telle est la réalité de ces dernières années. Dans l'histoire, la crise économico-financière de 2008/2009 a rarement fait apparaître aussi nettement ce contraste. Les Bourses prennent de la hauteur parce que les banquiers centraux appliquent une politique monétaire extrêmement souple, et ces derniers appliquent précisément cette politique parce que l'économie est difficile à remettre sur les rails.En 2013, les Bourses ont à nouveau connu une année favorable, malgré - ou plutôt grâce - à la reprise lente de la croissance économique. Cela dit, les bénéfices des entreprises sont bel et bien à la traîne cette année. En début d'année, les espérances étaient manifestement trop ambitieuses et c'est le cas de presque toutes les grandes entreprises (AB InBev, BASF, Microsoft). Et c'est déjà la deuxième année consécutive ! La croissance du bénéfice des entreprises Standard&Poor's 500 ressortira à " seulement " 6% selon les estimations. Seulement 6% parce que l'indice est en hausse de 24%, soit 4 fois la croissance bénéficiaire. Les valorisations continuent de prendre de la hauteur et ne peuvent poursuivre sur cette voie que si les taux restent faibles et/ou les bénéfices des entreprises connaissent une augmentation rapide.Gestion dynamiqueUne poursuite de la hausse des marchés en 2014 est dès lors moins évidente que ce que tendent à faire croire les institutions financières et les maisons de Bourse. La déception peut à la fois venir d'une réaction vive et inattendue au " tapering " ou d'une croissance trop lente des bénéfices des entreprises. Des corrections intermédiaires comme celles que nous connaissons actuellement sont dès lors strictement nécessaires. L'unanimité en faveur des actions dans le monde financier est cependant trop grande pour exclure a priori des " accidents " en 2014. Ces éléments doivent absolument être intégrés dans la gestion du portefeuille l'an prochain. Même si nous nous concentrons déjà, avec nos thèmes, sur les perspectives de long terme favorables. Tôt ou tard, une correction sensible pourrait survenir. Notre intention n'est donc pas d'être investis constamment à 100%. En cas de signe manifeste de survalorisation et de surchauffe, nous réduirons le pourcentage investi. Certains positions seront complètement vendues et ne seront pas forcément remplacées à court terme. D'autres seront allégées puis complétées dès que nous pensons que la tempête est passée. Nous vivons encore une période inhabituelle, comportant de nombreux facteurs de risque, de sorte qu'une gestion de portefeuille dynamique est et reste nécessaire.