Etes-vous un "bon père de famille" ou un spéculateur?
...

Etes-vous un "bon père de famille" ou un spéculateur?L'investisseur achète et vend des titres, et espère avant tout ne pas perdre sa mise. Il gère son patrimoine en bon père de famille et entend percevoir un bénéfice en fin de course. L'investisseur opère de manière réfléchie. Selon Benjamin Graham, père de l'investissement value et mentor de Warren Buffett, pour l'investisseur, trois éléments sont primordiaux: la protection du capital, l'analyse rigoureuse de l'objet de son intérêt, et l'obtention d'un rendement. L'individu qui omet un seul de ces points, n'est pas un bon père de famille: il est un spéculateur. Le spéculateur est disposé à prendre plus de risques. Il sait cependant qu'il court un risque plus élevé de perdre sa mise. C'est principalement le niveau de prise de risques qui distingue le spéculateur du bon père de famille.L'horizon de placement est par ailleurs révélateur de la personnalité. L'horizon du spéculateur est généralement nettement plus proche que celui du bon père de famille. Le premier acquiert des actions lorsque leur cours approche le niveau plancher ou l'a atteint, et devrait reprendre le chemin de la hausse. Après quoi il vend les titres et encaisse son bénéfice. Il réagit très rapidement à l'actualité: il achète et vend les titres au gré des nouvelles.Le second ne recherche pas nécessairement la plus-value à court terme. Il sait qu'il peut réaliser un gain substantiel à long terme; que l'exercice exigera donc de la patience. Il prend le temps de rechercher des actions prometteuses. L'actualité influe peu sur ses décisions d'investissement; la hâte peut, il en a conscience, être contre-productive.