La quasi-totalité des entreprises sont actuellement en difficulté. La crise du coronavirus paralyse largement l'activité économique aux Etats-Unis, ,n'épargnant pas l'avionneur de Seattle qui était déjà bien tourmenté. La saga du B737 MAX est en effet loin d'être terminée. Les problèmes se succèdent; dernier en date, la direction américaine de l'aviation civile (FAA) estime que la configuration actuelle du câblage pourrait causer un court-circuit et demande que ce dernier soi...

La quasi-totalité des entreprises sont actuellement en difficulté. La crise du coronavirus paralyse largement l'activité économique aux Etats-Unis, ,n'épargnant pas l'avionneur de Seattle qui était déjà bien tourmenté. La saga du B737 MAX est en effet loin d'être terminée. Les problèmes se succèdent; dernier en date, la direction américaine de l'aviation civile (FAA) estime que la configuration actuelle du câblage pourrait causer un court-circuit et demande que ce dernier soit refait sur tous les B737-800 MAX déjà fabriqués. Boeing conteste, affirmant que le câblage est conforme aux normes de sécurité internationales et à celles de la FAA. Quoi qu'il en soit, le B737 MAX ne vole toujours pas et n'a aucune perspective de redécollage pour l'heure. En raison du flux constant de nouvelles tantôt bonnes, tantôt mauvaises, le cours de l'action fluctue énormément. Les investisseurs en options savent que cela se traduit par des primes d'options très élevées. Et c'est une bonne nouvelle pour les émetteurs. En début d'année, nous avons émis un call pour mai au prix d'exercice de 315 dollars, en échange de 31,45 dollars. Ce montant, déjà empoché, est presque certainement acquis. Nous laissons donc simplement ce contrat arriver à son terme. Parallèlement, nous avons acheté un put juin au prix d'exercice de 290 dollars, que nous avons payé 9,80 dollars. Aujourd'hui, la prime atteint 148 dollars. Nous proposons de vendre le contrat afin de nous assurer l'énorme plus-value.Les primes élevées ont éveillé notre intérêt, et nous nous positionnons donc à nouveau côté émetteur cette semaine. Boeing octobre 2020au prix d'ex. de 150 USDà 40,68 USDL'engagement d'acheter éventuellement des actions Boeing à 150 dollars rapporte 41,68 dollars. Cela signifie que nous pourrions être obligés d'acheter 100 actions par option put émise au prix de 150 dollars. Dans la mesure où nous avons reçu une prime de 40,68 dollars, nous paierions seulement 109,32 dollars par action. C'est proche du niveau de cours d'il y a sept ans. Le soutien technique en cas de forte baisse est à 95 dollars. Toutefois, nous partons du principe que le titre n'en arrivera pas là sans de nouveaux problèmes majeurs. Après les mouvements extrêmes de ces derniers temps, l'aplanissement du cours, ces prochains temps, ferait progressivement fondre la prime, et nous pourrions alors clôturer le contrat de manière anticipée.