L'opération nous a surpris également. Après avoir levé en janvier 55 millions d'euros par l'émission de cinq millions d'actions nouvelles (+9,73%) à 11,1 euros l'unité, l'entreprise de Malines disposait fin mars de 100 millions de liquidités. Bien que suffisante à court terme, cette position devait être étoffée pour que Biocartis puisse devenir structurellement rentable à compter de 2021 tel qu'escompté par la direction. Aussi la société a-t-elle ga...

L'opération nous a surpris également. Après avoir levé en janvier 55 millions d'euros par l'émission de cinq millions d'actions nouvelles (+9,73%) à 11,1 euros l'unité, l'entreprise de Malines disposait fin mars de 100 millions de liquidités. Bien que suffisante à court terme, cette position devait être étoffée pour que Biocartis puisse devenir structurellement rentable à compter de 2021 tel qu'escompté par la direction. Aussi la société a-t-elle gagné suffisamment en maturité pour pouvoir envisager un autre type de financement qu'une émission d'actions. Et si Biocartis a choisi ce moment, c'est parce que les obligations convertibles attirent de nouveau les investisseurs. Par cette émission, l'entreprise a levé 150 millions d'euros. Assortie d'un coupon de 4% et arrivant à échéance dans cinq ans (le 9 mai 2024), l'obligation a connu un réel succès, puisque Biocartis n'espérait pas lever plus de 125 millions. Le prix d'exercice a été fixé à 12,8913 euros, soit une prime de 25% par rapport au cours de l'action au 2 mai dernier. Cours qui a cédé du terrain car, singulièrement, il n'a pas été suspendu par la FSMA durant la période de souscription. Les investisseurs pourront convertir leurs obligations en actions Biocartis à partir du 1er décembre 2019. Biocartis dispose à présent d'un gros bas de laine, un élément qui avait manqué à MDxHealth et l'avait freinée dans son déploiement. Nous ne voyons pas de similitude entre les deux sociétés. Biocartis est désormais apte à accélérer la procédure de commercialisation de son minilaboratoire Idylla, y compris aux Etats-Unis, en Chine et au Japon. L'entreprise peut par ailleurs continuer d'étoffer la palette de tests de son appareil. Elle entend développer seule et en partenariat des tests de dépistage de cancer, également par biopsie. Ses concurrents ne restant pas les bras croisés, Biocartis va, grâce à la récente levée de fonds, oeuvrer d'emblée à l'extension de l'écosystème autour de l'Idylla. A terme, cette émission ne devrait pas affecter le cours de l'action. Lorsque l'obligation arrivera a échéance, l'entreprise sera en principe structurellement rentable ; c'est cette étape-ci qui déterminera l'orientation du cours. Son récent repli constitue un bon moment d'entrée (rating 1B).