En septembre, pour la première fois en 10 ans, le prix du café a reculé sous le seuil psychologique du dollar la livre. Après un redressement, le cours recule à nouveau depuis quelques semaines. Les plus gros producteurs sont le Brésil, le Vietnam et la Colombie. L'offre sera excédentaire pour la 3e année consécutive en 2018/2019 après plusieurs récoltes record au Brésil, malgré le phénomène météorologique El Niño, qui cause de longues périodes de sécheresse, mais dont ...

En septembre, pour la première fois en 10 ans, le prix du café a reculé sous le seuil psychologique du dollar la livre. Après un redressement, le cours recule à nouveau depuis quelques semaines. Les plus gros producteurs sont le Brésil, le Vietnam et la Colombie. L'offre sera excédentaire pour la 3e année consécutive en 2018/2019 après plusieurs récoltes record au Brésil, malgré le phénomène météorologique El Niño, qui cause de longues périodes de sécheresse, mais dont les retombées ont été bien moindres qu'anticipé. Le réal brésilien (BRL), bon marché, stimule l'export, car les agriculteurs locaux sont payés en dollar à l'exportation, alors que leurs coûts de production sont exprimés en BRL. Les stocks mondiaux de café se trouvent dès lors à leur plus haut niveau depuis 2014.Mais la situation ne saurait perdurer. En Colombie et en Amérique centrale, le prix du marché est inférieur au coût de production. Au Brésil, le seuil critique approche également, et les agriculteurs vietnamiens diffèrent leurs ventes au vu du prix faible. Sur les marchés des matières premières agricoles, les excédents physiques se résolvent d'eux-mêmes - généralement, plus vite que prévu - grâce au fonctionnement du marché. A court terme, il est impossible d'anticiper le plancher, mais un prix inférieur à un dollar la livre constitue une belle fenêtre d'entrée pour le café.Les investisseurs peuvent miser sur une hausse du prix du café au travers de trackers ou de produits à effet de levier. Les ETF américains sur le café ne sont plus disponibles depuis l'an dernier mais plusieurs variantes européennes existent. L'ETFS Coffee, qui reflète l'évolution du cours du café, s'échange sur la Bourse allemande Xetra sous le code ISIN DE000A0KRJT2 et le ticker OD7B. Un tracker identique se traite à Milan sous le code ISIN GB00B15KXP72 et le ticker COFF. La commission annuelle de gestion s'élève dans les deux cas à 0,54 %. Parmi les émetteurs de produits à effet de levier, seul Commerzbank propose actuellement plusieurs turbos longs ayant le café comme sous-jacent. Parmi les choix défensifs, le turbo sur le contrat à terme sur le café avec livraison en mai (code ISIN DE000CJ3SSF3, ticker C2M3Z) s'échange sur Euronext Amsterdam. Le stop-loss se situe juste sous 0,70 dollar, ce qui assure une marge de sécurité suffisante par rapport au cours actuel, pour un levier de 3,3.