Au premier trimestre 2016, le groupe Bekaert, qui ne publie généralement que son chiffre d'affaires, a vu son chiffre d'affaires consolidé se replier de 2%, à 884millions EUR, un chiffre inférieur aux prévisions des analystes. Bekaert a cependant assisté à une croissance des volumes de 5,5%, qui a toutefois été compensée par la baisse des prix du fil laminé et des effets de change défavorables. Le groupe prévoit un 2e trimestre aussi bon mais est incertain par rapport au 2esemestre vu le ralentissement du marché des pneus ...

Au premier trimestre 2016, le groupe Bekaert, qui ne publie généralement que son chiffre d'affaires, a vu son chiffre d'affaires consolidé se replier de 2%, à 884millions EUR, un chiffre inférieur aux prévisions des analystes. Bekaert a cependant assisté à une croissance des volumes de 5,5%, qui a toutefois été compensée par la baisse des prix du fil laminé et des effets de change défavorables. Le groupe prévoit un 2e trimestre aussi bon mais est incertain par rapport au 2esemestre vu le ralentissement du marché des pneus et l'instabilité en Amérique latine. La tendance du cours reste haussière. À 36EUR se trouve un soutien. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BSur les trois premiers mois de cette année, le bénéfice net de la grande banque flamande KBC a reculé de 510millions à 392millions EUR. Le groupe a fait mention d'une sensible hausse des taxes bancaires légales en Belgique et en Hongrie, de 264millions EUR à 335millions EUR pour KBC. Ses revenus sont stables et ses provisions pour créances douteuses ont baissé, à seulement 4millions EUR. Malgré le reflux du bénéfice, les chiffres ont dépassé les prévisions des analystes. Le cours de l'action tente de trouver un plancher depuis le précédent repli qui a suivi le sommet de 65EUR d'août 2015. À 46EUR, un triple plancher s'est formé. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BDans la grande banque néerlandaise ING également, les chiffres du premier trimestre furent supérieurs aux prévisions, même si ING se plaint lui aussi de la hausse des taxes bancaires. Bien que son bénéfice net ait baissé de 29%, à 829millions EUR, le groupe évoque de solides résultats. Le résultat de Financial Markets a été entaché par le climat boursier incertain. Les prévisions pour créances douteuses ont reculé de 432millions EUR à 265millions EUR. Ces chiffres ont été salués par une hausse du titre de 5%, mais le cours s'est ensuite replié à nouveau. La tendance technique reste baissière.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BLes rumeurs prétendent que le groupe allemand Bayer pourrait préparer une offre sur l'entreprise américaine Monsanto, qui a une capitalisation de près de 40milliards USD. Si l'offre aboutit, elle donnerait naissance au plus grand groupe chimique de semences et agricole au monde. Les investisseurs semblent accorder un crédit à ces rumeurs, vu la baisse de cours de Bayer et la hausse (près de 10%) de celui de Monsanto. La réaction des analystes est mitigée. La tendance de Monsanto est redevenue haussière. À 90USD se trouve une zone de soutien importante.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2B