Avec 12.920 établissements, plus de 187.000 salariés, 1266,3 milliards EUR d'actifs sous gestion fin 2014, 92 millions de clients privés, 3 millions d'entreprises clientes (surtout des PME) et une capitalisation boursière de quelque 75 milliards EUR, Banco Santander compte non seulement parmi les plus grandes banques d'Espagne, mais aussi d'Europe. C'est dès lors l'action qui pèse le plus lourd - 14,5% - au sein de l'indice espagnol IBEX. Cette grande banque espagnole est d'ailleurs active sur plusieurs continents. Des bénéfices engrangés sur les 9 premiers mois 2015, 46% provenaient d'Amérique latine, 27% d'Europe continentale, 12% du Royaume-Uni et 15% des Etats...

Avec 12.920 établissements, plus de 187.000 salariés, 1266,3 milliards EUR d'actifs sous gestion fin 2014, 92 millions de clients privés, 3 millions d'entreprises clientes (surtout des PME) et une capitalisation boursière de quelque 75 milliards EUR, Banco Santander compte non seulement parmi les plus grandes banques d'Espagne, mais aussi d'Europe. C'est dès lors l'action qui pèse le plus lourd - 14,5% - au sein de l'indice espagnol IBEX. Cette grande banque espagnole est d'ailleurs active sur plusieurs continents. Des bénéfices engrangés sur les 9 premiers mois 2015, 46% provenaient d'Amérique latine, 27% d'Europe continentale, 12% du Royaume-Uni et 15% des Etats-Unis. Banco Santander est ainsi numéro 3 sur le marché espagnol avec une part de marché de 14%, mais aussi numéro 3 au Portugal (part de marché de 11%), numéro 5 au Royaume-Uni (9%), numéro 1 en Allemagne dans les crédits à la consommation (avec une part de marché de 14% dans ce segment), numéro 3 en Pologne (10%), numéro 21 aux Etats-Unis (3%), numéro 3 au Brésil (8%), numéro 2 en Argentine (9%), numéro 3 au Mexique (14%) et numéro 1 au Chili (19%). Le redressement de l'économie espagnole et du secteur financier en général se reflète également dans l'amélioration des résultats et des ratios de Banco Santander. Sur les neuf premiers mois, son bénéfice s'est accru de 17%, à 5,11 milliards EUR en rythme annuel. Le 3etrimestre en soi fut nettement moins bon, avec une hausse du bénéfice de 4,3%, malgré la faiblesse persistante de l'euro face à la livre britannique et surtout au dollar américain. La marge de taux a surtout reculé au Brésil, le 2e marché du groupe. Les résultats sont donc en fin de compte légèrement inférieurs au consensus des analystes. Au 3etrimestre, on note également un repli léger des emprunts octroyés en Espagne, son marché domestique. Cela dit, on constate malgré tout une amélioration de la situation du secteur financier espagnol, notamment dans la baisse de la proportion de créances douteuses. La grande banque espagnole affiche en outre des ratios en amélioration progressive, mais constante. Avec un rapport frais/revenus de 47% après neuf mois en 2015, Banco Santander est d'ores et déjà la 2e banque la plus efficace parmi les 15 plus grandes banques européennes. L'ambition est de ramener ce chiffre sous les 45% d'ici à 2017. Le rendement sur fonds propres (ROE) s'établissait à 7,4% à la fin du 2etrimestre, contre 7,0% pour l'exercice 2014 et 7,2% sur les 9 premiers mois de l'an dernier. Dans le monde bancaire, on attache cependant plus d'importance au rendement sur les fonds propres " tangibles " (ROTE). Mais l'évolution est comparable de ce côté : de 11% à l'exercice 2014 à 11,4% sur les 9 premiers mois de 2015. En 2006, ce ratio fluctuait certes autour de 20%, mais l'objectif de la direction est de le ramener entre 12 et 14% pour 2017. ConclusionL'action de Banco Santander est loin d'avoir connu une évolution extraordinaire ces derniers mois. Cela dit, le titre recèle un potentiel pour l'investisseur en valeur en 2016. Nous réitérons donc notre conseil positif. Compte tenu de la valorisation de 10 fois le bénéfice attendu pour l'an prochain et 0,8 fois la valeur comptable, force est de constater que le potentiel de redressement n'est pas encore intégré dans le cours actuel.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B