Nous attendons, comme tous les ans, avec impatience, le programme relatif aux valeurs touchant au thème du vieillissement détenues en portefeuille modèle. Ces actions évoluent en effet au gré des nouvelles relatives aux développements cliniques, aux partenariats et aux opérations de financement, et beaucoup moins des rapports trimestriels.
...

Nous attendons, comme tous les ans, avec impatience, le programme relatif aux valeurs touchant au thème du vieillissement détenues en portefeuille modèle. Ces actions évoluent en effet au gré des nouvelles relatives aux développements cliniques, aux partenariats et aux opérations de financement, et beaucoup moins des rapports trimestriels.Contrairement à 2018 (offre de Novo Nordisk sur Ablynx) et 2019 (Bristol-Myers Squibb sur Celgene), 2020 commence calmement. Le bilan est positif pour la 3e année d'affilée. Nos trois positions majeures, Galapagos, argenx et Mithra Pharmaceuticals, se distinguent particulièrement (respectivement, +131,5%, +68,5%, +31,3%). Oxurion (-18,5%), Bone Therapeutics (-20,4%), Biocartis (-42%) et MDxHealth (-42,2%) ont déçu. Nous avons allégé nos participations, devenues excessives, dans argenx et Mithra, et renforcé à bas prix celles, limitées, dans Oxurion, Bone et MDxHealth. Sequana Medical (-3,7% en 2019, depuis son entrée dans le portefeuille) a intégré le thème du vieillissement fin novembre. Le titre ne s'est pas très bien comporté au cours des premiers mois qui ont suivi son introduction en Bourse, en février 2019, mais nous lui faisons confiance. Le tableau ci-après présente les informations attendues en cours d'année; commençons par examiner les faits les plus marquants.L'année verra se multiplier les résultats des études cliniques. Le moment crucial sera bien sûr l'annonce, d'ici l'été, des résultats de l'étude de phase III évaluant l'efgartigimod sur la myasthénie acquise. S'ils sont bons, le cours devrait s'envoler et la demande d'agrément, être déposée cette année encore. Plusieurs études de phaseIII testant la molécule sur des maladies du sang, de la peau et, peut-être, musculaires sont imminentes ou en cours. La collaboration avec Janssen portant sur le cusatuzumab avance bien. Quatre essais cliniques auront démarré d'ici l'été et une mise à jour sera publiée cette année encore. argenx prépare la commercialisation de l'efgartigimod et l'annonce d'une nouvelle molécule (l'ARGX-119). Après avoir démarré sur les chapeaux de roue, 2019 s'est déroulée en mode mineur. Affecté par l'évolution plus lente que prévu des ventes aux Etats-Unis et la fin de la collaboration avec Fisher Healthcare, en septembre, le groupe doit pouvoir démontrer cette année sa capacité à croître en toute autonomie. Les premiers signes de ce renouveau étaient palpables au 4e trimestre déjà; à voir, donc. Les objectifs pour 2020 seront annoncés dans le rapport annuel du 5 mars. Nous attendons également les étapes suivantes des collaborations et du développement du menu de tests, l'écosystème qui entoure l'Idylla.Le spécialiste de la thérapie cellulaire et des solutions orthopédiques entame l'année sous la direction de Miguel Forte, son nouveau CEO. Son talon d'Achille reste sa trésorerie (8,6 millions d'euros fin 2019), qui suffira toutefois jusqu'au 3e trimestre. Une étude de phase IIb évaluant l'ALLOB sur des patients présentant un risque de guérison tardive de leurs fractures et une étude de phase III portant sur le traitement de l'arthrose du genou à l'aide de la solution protéique enrichie JTA-004, ont démarré l'été dernier. Les résultats de l'étude de phase IIa évaluant l'ALLOB sur la fusion vertébrale devraient relancer la confiance dans cette molécule au 2e semestre. La conclusion d'une collaboration pour l'ALLOB ou le JTA-004 cette année serait une bouffée d'oxygène.Une première autorisation de commercialisation devrait suivre une année 2019 mémorable. Pour traiter les rhumatismes, le filgotinib devrait être autorisé au 3e trimestre. Les résultats de nombre d'études cliniques seront annoncés, dont celles sur le filgotinib (colite ulcéreuse), le GLPG1205 et le GLPG1690 (fibrose) et, surtout, le GLPG1972 (ostéoarthrose). Nous attendons d'en apprendre plus sur le programme Toledo, qui pourrait imposer de nouveaux standards dans le domaine des maladies inflammatoires. L'action a bien commencé l'année, et nous restons optimistes. L'arrivée, au printemps, de Mike McGarrity, le nouveau CEO, le remaniement de la stratégie commerciale et la levée de fonds, qui couvriront les opérations jusqu'à la fin de l'année, nous incitent à accorder au groupe le bénéfice du doute. Les ventes de ConfirmMDx (cancer de la prostate) ne chutent plus; il faudrait à présent que les volumes augmentent réellement et que SelectMDx fasse de nouveaux progrès. Nous attendons le rapport annuel du 26 février et, surtout, les pronostics de la direction. Rudi Mariën, l'actionnaire principal, pense à juste titre que l'heure de vérité est arrivée. L'évolution récente de l'action n'est pas rassurante, mais nous ne prendrons pas de décision avant la publication du rapport annuel.Le titre a grimpé de 31% en 2019, un exploit qu'il ne devrait pas réitérer cette année. Les deux études de phase III évaluant le Donesta (ménopause) viennent de commencer et se poursuivront jusqu'à fin 2021. Le contraceptif Estelle ne sera pas approuvé avant 2021. Cette année, le principal soutien au cours devrait provenir du PeriNesta (périménopause) et du dépôt aux Etats-Unis, de même que de son éventuelle approbation, du dossier Myring, l'anneau vaginal contraceptif générique que Mayne Pharma commercialisera là-bas. Vu l'accord conclu avec elle pour la commercialisation de l'Estelle outre-Atlantique, nous suivons de près l'évolution de Mayne Pharma, dont dépendra en grande partie le succès commercial de l'Estelle et du Myring. Oxurion vient d'annoncer les résultats concluants d'une étude de phase I testant l'inhibiteur d'intégrines THR-687 sur des patients présentant un oedème maculaire diabétique (OMD), une information bienvenue après l'interruption du développement du THR-317 en 2019. Les inhibiteurs de pkal THR-149 et THR-687 feront l'objet d'études de phase II cette année encore. Ces deux molécules pourraient tomber bien à point pour une population étendue et insuffisamment desservie. Oncurious compte faire une annonce sur les développements précliniques en immuno-oncologie avant l'été. L'entreprise devra ensuite se préparer à lever des fonds pour 2021.L'augmentation de capital de la semaine dernière a remporté un vif succès. Sequana a donc jusqu'au 1er semestre de 2021 pour avancer dans ses deux principaux programmes de traitement des accumulations de liquide ascitique consécutives à une maladie du foie, un cancer ou une insuffisance cardiaque. Les données provisoires relatives à l'étude nord-américaine testant l'alfapump, système recueillant le liquide ascitique, sur des patients présentant un épanchement dû à une maladie du foie sont annoncées pour le 2e semestre. Aux 2e et 3e trimestres seront publiées les données de la première étude sur l'alfapump DSR, pour les ascites qu'entraîne une défaillance cardiaque. Si les nouvelles sont bonnes, les investissements pourraient s'accélérer.