La définition classique situe précisément le début d'un marché baissier (tendance baissière) là où l'indice a reculé de 20% depuis son sommet. Le cas échéant, il n'y a pas le moindre doute qu'un nouveau marché boursier s'est amorcé pour les Bourses européennes.
...

La définition classique situe précisément le début d'un marché baissier (tendance baissière) là où l'indice a reculé de 20% depuis son sommet. Le cas échéant, il n'y a pas le moindre doute qu'un nouveau marché boursier s'est amorcé pour les Bourses européennes. L'indice Stoxx600 a reflué sous le soutien à 330 points (-25% depuis le sommet) et l'indice Eurostoxx50 est revenu sous 3000 points (-29% depuis le sommet d'avril 2015). La tendance haussière est dès lors épuisée. Officiellement, le marché haussier amorcé en mars 2009 est donc terminé. La tendance est redevenue baissière.Heureusement, il y a encore l'indice américain Standard&Poor's500, qui est un baromètre décisif. Officiellement, celui-ci ne suit pas encore une tendance baissière. Pour cela, il faudrait qu'il reflue sous 1700 points. Mais l'indice a déjà clôturé sous les précédents planchers d'août 2015 et d'octobre 2014, qui représentent d'importants niveaux charnières et un signal " orange " pour Wall Street. D'autant que les indicateurs de long terme ont continué de s'affaiblir ces dernières semaines. A court terme, cependant, le signal est assez positif et nous permet d'anticiper, comme en janvier, un redressement. Dans le meilleur des cas, jusqu'au sommet de l'an dernier, voire plus haut. Ces derniers mois et semaines, nous avons répété à l'envi que le marché haussier, amorcé en mars 2009, était anormalement long. Il durait depuis déjà 82 mois, un record qui en fait le 4e marché haussier le plus long depuis 1900, nettement supérieur à la moyenne du siècle dernier, de 57 mois. Dans le cas de l'indice S&P500, la hausse ressort à 215%, soit le 5e marché haussier le plus important depuis 1900 et nettement plus que la moyenne historique de 165%. Statistiquement, un revirement de tendance n'aurait donc rien d'étonnant. Si la tendance change dans les prochains temps, nous devrons revoir fondamentalement notre tactique. Dans un marché haussier, les corrections intermédiaires sont exploitées pour (r)acheter ("buy the dips"), mais dans un marché baissier, les hausses intermédiaires doivent être au contraire utilisées de manière disciplinée pour vendre des actions ("sell the rallies"). Aujourd'hui encore, de nombreux analystes et stratèges continuent de considérer le repli actuel comme une opportunité d'achat (alléchante). Nous partageons leur opinion... sur le (très) court terme. Mais sur les six à douze prochains mois, notre vision est différente. Dans le cadre de la gestion de notre portefeuille, nous avions commencé à accumuler une trésorerie. Par ailleurs, nous avions déjà renforcé (heureusement) notre position en or par l'intermédiaire d'actions aurifères. Lisez-en plus sur notre stratégie en rubrique Portefeuille.