Après avoir légèrement déçu au premier trimestre 2013, Arseus (21,88 EUR; NYSE Euronext Bruxelles) a publié la semaine dernière des chiffres semestriels impressionnants. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 283 millions EUR au 1er semestre 2013, en hausse de 5,4% par rapport à la même période l'an dernier. La croissance organique, sans tenir compte des acquisitions, s'élevait à 4,1%. Une fois de plus, c'est la division Fagron, spécialisée dans les matières premières pharmaceutiques et les préparations magistrales pour pharmacies, qui s'est distinguée. Fagron a vu son CA progresser de 12,1%, dont 10,2% en croissance organique. Le cash-flow opérationnel récurrent (rebitda) a gagné 33% et la marge rebitda est passée de 20,6% à 24,5% ! Cette hausse est la conséquence de récentes acquisitions (surtout US Freedom) qui conjuguent forte croissance organique et marges bénéficiaires élevées. Malgré ces acquisitions, Arseus conserve une force de frappe financière suffisante pour poursuivre sa strat...

Après avoir légèrement déçu au premier trimestre 2013, Arseus (21,88 EUR; NYSE Euronext Bruxelles) a publié la semaine dernière des chiffres semestriels impressionnants. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 283 millions EUR au 1er semestre 2013, en hausse de 5,4% par rapport à la même période l'an dernier. La croissance organique, sans tenir compte des acquisitions, s'élevait à 4,1%. Une fois de plus, c'est la division Fagron, spécialisée dans les matières premières pharmaceutiques et les préparations magistrales pour pharmacies, qui s'est distinguée. Fagron a vu son CA progresser de 12,1%, dont 10,2% en croissance organique. Le cash-flow opérationnel récurrent (rebitda) a gagné 33% et la marge rebitda est passée de 20,6% à 24,5% ! Cette hausse est la conséquence de récentes acquisitions (surtout US Freedom) qui conjuguent forte croissance organique et marges bénéficiaires élevées. Malgré ces acquisitions, Arseus conserve une force de frappe financière suffisante pour poursuivre sa stratégie " buy&build ". La division logicielle Corilus reste la plus petite, mais aussi la plus rentable du groupe. Corilus a vu ses ventes progresser de 14,6% (11,1% de croissance organique), avec une hausse de la marge de rebitda de 25,9% à 26,2%. Les deux divisions restantes, Healthcare Solutions et Healthcare Specialties, ont à nouveau déçu. Le CA de Solutions (activités de distribution dans les secteurs médicaux et dentaires) a baissé de 5,2%, mais la division a renoué avec une marge rebitda positive de 1,7%. Du côté des Specialties (produits médicaux et dentaires), le CA a reculé de 4,1% alors que la marge de rebitda s'est légèrement redressée à 2,3%. Au total, Arseus a enregistré un bénéfice net de 0,61 EUR par action, en hausse de 21,6%. Les problèmes persistants dans les divisions Healthcare incitent à présent le management à lancer un exercice de réflexion stratégique concernant l'avenir (interne ou externe) des deux divisions. On ne sait toujours pas si les divisions Healthcare ont encore un avenir au sein d'Arseus, mais il est clair que le groupe joue pleinement la carte Fagron. Un choix logique vu le parcours impressionnant de la division ces dernières années. Le cours est reparti à la hausse après la publication des chiffres pour atteindre un niveau record de 22 EUR. Arseus continue à faire honneur à son statut de valeur de croissance stable. A 3 fois la valeur comptable et 15 fois le bénéfice attendu en 2013, cette croissance est aujourd'hui intégrée dans le cours record actuel, mais une vente n'est pas indispensable. Nous confirmons l'avis " à conserver " (3B).Le cours du producteur américain d'engrais Mosaic est en net recul depuis que l'on a appris l'éclatement du cartel Belarusian export co (BPC). L'impact est-il du même ordre que pour le groupe allemand K+S ?Nous avions déjà abaissé la note de Mosaic (41,75 USD; ticker MOS sur la Bourse de New York) à 4B (réduire) en mai dernier, à la suite de la publication des résultats du 3e trimestre de l'exercice 2012/2013. Bien entendu, nous ne pouvions pas prévoir le tsunami qui déferlerait la semaine dernière sur le monde des engrais, mais le cours était déjà retombé de 65 USD à 55 USD. Et l'action a encore perdu 25% la semaine dernière. Mosaic a publié les résultats du dernier trimestre de l'exercice 2012/2013 - clos le 31 mai - en juillet. Au cours de ce 4e trimestre, l'entreprise a enregistré un chiffre d'affaires (CA) de 2,68 milliards USD, en baisse de 5% par rapport à la même période en 2012. Le bénéfice net a reculé de 4% à 1,14 USD par action. Mosaic a obtenu un prix de vente moyen de 368 USD la tonne pour la potasse, contre 455 USD la tonne au même trimestre de 2012. Dans la division Phosphates, le prix moyen est retombé de 494 USD à 483 USD. Sur l'année, il en résulte un CA de 9,97 milliards USD, en baisse de 10%. Comme l'an dernier, le bénéfice par action s'élevait à 4,42 USD, grâce à un produit fiscal unique de 0,42 USD par action. Vu ses coûts plus bas, Mosaic est mieux armée que K+S pour affronter l'intensification de la concurrence sur les prix. Elle est également plus avancée dans l'extension de ses capacités de production. Enfin, elle affiche également une meilleure santé financière avec une position nette de trésorerie de 6 USD par action. Un handicap important est cependant l'intention toujours affichée par l'actionnaire historique Cargill de vendre en trois étapes (de l'automne 2013 à 2015) sa participation résiduelle de 129 millions d'actions Mosaic, 30% du total. Un premier lot de 155 millions d'actions avait été vendu en 2011 mais le reste doit à présent suivre dans un climat plus difficile. La combinaison de la détérioration des perspectives et de l'éclatement de BPC a entraîné une chute de 35% de l'action Mosaic en quelques mois. Mosaic tire en moyenne 32% de son CA et 55% de son bénéfice net de sa division Potasse. En outre, les prix des engrais phosphatés sont également sous pression et une solution devra être trouvée pour la participation de Cargill. Nous maintenons dès lors l'avis " réduire " (4B).