Lorsqu'en 2016, nous avions décidé d'investir dans les biotechs belges sous-valorisées, nous avions précisé que nous nous engagions jusqu'en 2020-2025. L'actualité, très riche, du secteur, crée une volatilité supérieure à la moyenne, que nous compensons en intégrant cinq à six valeurs en portefeuille. Nous espérons aller jusqu'au bout du voyage. Dans le cas d'Ablynx, l'offre de 3,9 milliards de dollars (45 euros par action) du français Sanofi y a mis prématuréme...