Nous devons admettre que le premier producteur mondial d'acier met notre patience à très rude épreuve. L'évolution du cours d'ArcelorMittal est une illustration frappante des années de vaches maigres que traverse l'économie mondiale. Malgré des résultats supérieurs aux attentes sur le 1er semestre et la nouvelle confirmation des prévisions annuelles - des cash-flows opérationnels (EBITDA) compris entre 6 et 7 milliards USD - l'action a poursuivi sa glissade. Celle-ci s'explique par plusieurs facteurs, mais le principal reste les doutes croissants concernant l'économie chinoise, et leur impact sur la demande sur le plus grand marché d'acier au monde. La consommation d'acier en Chine, qui a déjà reculé de 3,7% au 1er semestre, pourrait enregistrer sa première baisse sur base annuelle depuis 1995. En revanche, la production chinoise d'acier, bien qu'en léger repli, reste à des niveaux historiquement élevés. Les exportations d'acier chinois ont ainsi progressé de 28% au 1er semestre, et devraient atteindre un nouveau record de 105 mil...