Après un net mouvement de rattrapage, le cours d'Aker Asa (182 NOK ; ticker : AKER sur la Bourse d'Oslo ; www.akerasa.com ; code ISIN : NO0010234552) a reperdu beaucoup de terrain ces derniers mois. L'action du groupe norvégien principalement actif dans l'industrie pétrolière et gazière (environ 70% du portefeuille est directement ou indirectement lié à ce secteur) du milliardaire norvégien Kjell Inge Roekke (67% des actions et président du conseil d'administration) a perdu 15% en un mois et demi après l'avertissement sur bénéfice émis par sa principale filiale Aker Solutions. Les prévisions des analystes concernant le cash-flow opérationnel (EBITDA) de 1,13 milliard de couronnes norvégiennes (NOK) ont été revues par Aker Solutions elle-même à...

Après un net mouvement de rattrapage, le cours d'Aker Asa (182 NOK ; ticker : AKER sur la Bourse d'Oslo ; www.akerasa.com ; code ISIN : NO0010234552) a reperdu beaucoup de terrain ces derniers mois. L'action du groupe norvégien principalement actif dans l'industrie pétrolière et gazière (environ 70% du portefeuille est directement ou indirectement lié à ce secteur) du milliardaire norvégien Kjell Inge Roekke (67% des actions et président du conseil d'administration) a perdu 15% en un mois et demi après l'avertissement sur bénéfice émis par sa principale filiale Aker Solutions. Les prévisions des analystes concernant le cash-flow opérationnel (EBITDA) de 1,13 milliard de couronnes norvégiennes (NOK) ont été revues par Aker Solutions elle-même à moins de 900 millions NOK. Le communiqué a jeté un froid sur le redressement du groupe car Aker Asa avait mis sur pied une nouvelle organisation ces dernières années : une "scission" a été opérée entre les participations "industrielles" et "financières". Les participations industrielles impliquent en principe un engagement sur le long terme et une stratégie "hands on" (le holding intervient dans la gestion de l'entreprise, avec généralement une participation de contrôle). Les participations financières privilégient plutôt la réalisation de plus-values à moyen terme. Les participations financières sont pour la plupart hébergées dans Aker Capital Fund. Les participations industrielles (74% de l'actif total au 31/03) comprennent donc Aker Solutions (principale filiale ; participation de 28% au 31/03 et 41% des intérêts industriels du holding), Det Norske (exploration pétrolière ; participation de 50% ; 31%), Ocean Yield (navigation maritime ; participation de 100% ; 13%), Aker Biomarine (participation de 100% ; 8%) Kvaerner (scission d'Aker Solutions; participation de 29% ; 5%), et Havfisk (anciennement Aker Seafoods; participation de 73% ; 2%). La fusion d'Aker Asa avec la filiale Aker Biomarine, finalisée au 1er trimestre, permet à Aker Asa de détenir désormais 100% des actions. Aker Seafoods a été rebaptisée Havfisk. Mais l'augmentation de la valeur intrinsèque est à nouveau imputable à Det Norske. Il s'agit d'une compagnie pétrolière et gazière norvégienne spécialisée dans l'exploration (recherche et de gaz), dont la fusion avec sa filiale Aker Exploration (AKX) a été officialisée en décembre 2009. Avec quelques partenaires, Det Norske a en effet découvert un nouveau grand champ pétrolier et la flambée du cours de Det Norske qui en a résulté a tiré la valeur intrinsèque d'Aker Asa à la hausse. Le 31 mars, la valeur intrinsèque (VAN) s'élevait à 23,2 milliards de couronnes norvégiennes (NOK), soit 321 NOK par action, son niveau du 31 décembre. Le groupe gazier et pétrolier veut également se profiler par la croissance de ses dividendes. Après être passés de 5 NOK par action pour l'exercice 2008 à 11 NOK pour 2011, ceux-ci atteindront 12 NOK par action pour l'exercice 2012. Un tel montant correspond à un rendement de dividende brut de 6,5% (au cours actuel). L'avertissement sur bénéfices concernant Aker Solutions a cependant entraîné une baisse de 20% du cours de la principale filiale par rapport à la fin du trimestre dernier. Ce seul fait a réduit la valeur intrinsèque d'Aker Asa de 7% par rapport au 31/03. Jusqu'il y a peu, l'action se comportait très bien et la décote propre au holding était en baisse. Mais les évolutions décevantes concernant Aker Solutions ont pour le moins freiné ce processus. Reste que la baisse du cours, associée à une augmentation de la décote du holding, sont précisément des ingrédients propres à rouvrir une "fenêtre d'entrée". Nous relevons dès lors l'avis, de "conserver" à "digne d'achat" (1B) et réintégrons l'action en Sélection.