Agnico-Eagle Mines arrive systématiquement en haut des classements des producteurs d'Europe combinant les coûts de production les plus bas aux bilans les plus solides. Et la qualité a son prix, puisque l'action s'échange moyennant une prime par rapport à la moyenne du secteur. À cela s'ajoute que la plupart des actifs se situent dans des régions politiquement stables et bienveillantes vis-à-vis du secteur minier. L'acquisition d'Osisko Mining a accru l'endettement, mais a également permis à Agnico-Eagle Mines (AEM) de mettre la main sur plusieurs actifs de qualité. AEM dispose de neuf mines opérationnelles réparties entre une division Nord et une division Sud. Les mines canadiennes (La Ronde, Lapa, Goldex, Canadian Malartic et Meadowbank) constituent la division Nord avec Kittila en Finlande....

Agnico-Eagle Mines arrive systématiquement en haut des classements des producteurs d'Europe combinant les coûts de production les plus bas aux bilans les plus solides. Et la qualité a son prix, puisque l'action s'échange moyennant une prime par rapport à la moyenne du secteur. À cela s'ajoute que la plupart des actifs se situent dans des régions politiquement stables et bienveillantes vis-à-vis du secteur minier. L'acquisition d'Osisko Mining a accru l'endettement, mais a également permis à Agnico-Eagle Mines (AEM) de mettre la main sur plusieurs actifs de qualité. AEM dispose de neuf mines opérationnelles réparties entre une division Nord et une division Sud. Les mines canadiennes (La Ronde, Lapa, Goldex, Canadian Malartic et Meadowbank) constituent la division Nord avec Kittila en Finlande. Lapa fermera à la fin de cette année, les réserves ayant été épuisées. Mais il n'est pas exclu que la production reprenne après de nouvelles explorations. Les trois mines mexicaines du groupe (Pinos Altos, Creston Mascota et La India) forment la division Sud. Les mines du groupe ont produit un total de 1,67million d'onces d'or en 2015, soit 7% de plus qu'il y a un an et un niveau légèrement supérieur aux prévisions moyennes des analystes. La contribution de la division Nord s'élève à 1,32million d'onces, contre 352.000onces pour la division Sud. L'AISC, ou coût de total de production, est retombé à 810USD l'once. Les mines mexicaines sont un peu plus performantes en matière de coûts, avec un coût de production moyen de 408USD contre 609USD pour les mines canadiennes et finlandaises. AEM a réalisé sur une base annuelle un bénéfice opérationnel de 990millions USD. En raison de dépréciations et de charges exceptionnelles, l'exercice 2015 s'est cependant soldé par un bénéfice net réduit de 25millions USD, soit 0,11USD par action. C'est la mine de Meadowbank qui apporte la plus forte contribution au bénéfice opérationnel du groupe (25%), suivie par La Ronde (20%) et Canadian Malartic. AEM prévoit une production moyenne de 1,53million d'onces par an pour la période 2007 à 2018. Outre la fermeture déjà évoquée de Lapa, Meadowbank verra également sa production baisser temporairement, car on s'y attaque à des couches de minerais moins riches (" grades " inférieurs). La direction prévoit pour cette année un coût de production total de 850 à 890USD. La production devrait à nouveau baisser en 2017 et 2018. Elle ne progressera à nouveau qu'en 2019, lorsque les projets d'extension actuels porteront leurs fruits. Ces projets concernent surtout Meliadine (3,3millions d'onces de réserves) et Amaruq (2millions d'onces). Meliadine ne sera sans doute opérationnelle qu'en 2020, mais Amaruq devrait normalement entrer en service plus tôt. Des extensions sont également au programme pour Kittila, La Ronde et Goldex. Les réserves d'or du groupe ont été abaissées à 19,1millions d'onces. Mais cette baisse doit être nuancée, car AEM utilise un cours de référence prudent de 1100USD. Si le seuil de production économiquement rentable était fixé à 1200USD, les réserves atteindraient 21millions d'onces. AEM a clos l'exercice avec une position de trésorerie de 132millions USD et une facilité de crédit non utilisée de 935millions USD. La dette nette fluctue toujours autour de 1milliard USD ; 150millions USD devront être remboursés cette année et l'an prochain, le solde n'arrivera à échéance qu'après 2020. AEM distribue également un dividende trimestriel modeste de 8centimes de dollar par action. ConclusionAgnico-Eagle Mines a moins progressé que ses concurrents ces dernières semaines, mais l'action a toujours été plus chère que la moyenne du marché et s'échange actuellement à 1,8fois la valeur comptable. Cette valorisation se justifie compte tenu des coûts de production plus faibles et de la qualité des actifs qui réduisent nettement le risque de mauvaises surprises. Une hausse du cours de l'or pourrait accroître sensiblement les bénéfices.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B