Les chiffres du troisième trimestre de l'exercice 2019-2020 (clos le 29/2) ont une nouvelle fois pesé sur le cours, qui s'était pourtant nettement redressé ces derniers mois. Après avoir atteint un étiage, le cours mondial du sucre est reparti à la hausse depuis quelques mois. L'Union européenne accuse un retard sans doute passager, car le marché du sucre devrait afficher une pénurie de 10,9 millions de tonnes cette année.
...

Les chiffres du troisième trimestre de l'exercice 2019-2020 (clos le 29/2) ont une nouvelle fois pesé sur le cours, qui s'était pourtant nettement redressé ces derniers mois. Après avoir atteint un étiage, le cours mondial du sucre est reparti à la hausse depuis quelques mois. L'Union européenne accuse un retard sans doute passager, car le marché du sucre devrait afficher une pénurie de 10,9 millions de tonnes cette année.Le tassement de la production s'explique par les réductions de capacité opérées en raison des baisses de prix ainsi que par la sécheresse extrême des deux derniers étés - 2019 en particulier. Sur les neuf premiers mois de l'exercice (mars-novembre), le chiffre d'affaires (CA) a cédé 3,16% (de 5,19 à 5,03 milliards d'euros), contre -4,6% durant le premier semestre, plombé surtout par le segment du sucre (CA en baisse de 15,6%, de 2,06 à 1,74 milliard d'euros, contre -19% à l'issue du 1er semestre). Südzucker table pour l'exercice sur une production de 4,3 millions de tonnes de sucre, contre 4,6 millions un an plus tôt (28,4 millions de tonnes de betterave sucrière, contre 29,3 millions pour les 12 mois précédents). Le groupe, qui reste de loin le premier producteur européen de sucre, est contrôlé par une coopérative de quelque 30.000 cultivateurs de betteraves sucrières, qui détient 56% de ses actions. Il se diversifie depuis une dizaine d'années dans le bioéthanol (via sa filiale cotée CropEnergies, l'un des principaux acteurs européens du secteur), les préparations à base de fruits et les concentrés de jus de fruits (premier producteur européen) et les spécialités (leader européen des pizzas surgelées, notamment). Sur les neuf premiers mois de l'année, les spécialités, avec un CA passé de 1,71 à 1,796 milliard d'euros, soit un bénéfice opérationnel (Ebit) en hausse de 118 à 143 millions d'euros, ont compensé à concurrence de 86 millions d'euros la chute de 267 millions du CA dans le segment du sucre et sont désormais les principales contributrices au CA consolidé. Le bénéfice opérationnel du groupe (Ebit) recule de 2,6% (de 116 à 113 millions d'euros) contre -47% sur le premier semestre: la contribution négative du segment du sucre (-146 millions d'euros contre -83 millions sur la même période un an plus tôt, avec un ralentissement notable de la perte d'exploitation au troisième trimestre, à 54 millions d'euros contre 85 millions un an auparavant) a été compensée par le bond de l'Ebit de CropEnergies, de 19 à 70 millions d'euros. Le pôle Préparations et concentrés s'est en revanche moins bien comporté, avec un recul du résultat opérationnel de 62 à 46 millions d'euros malgré un CA stable.La direction confirme pour l'exercice en cours le CA prévisionnel de 6,7-7 milliards d'euros, un résultat inchangé en glissement annuel. Elle a, compte tenu des chiffres du 3e trimestre, revu l'Ebit prévisionnel à la hausse (pronostic initial de 0-100 millions d'euros porté à 50-130 millions et, désormais, à 70-130 millions, contre 27 millions pour l'exercice précédent). La perte dans le segment du sucre est estimée à 200-260 millions d'euros (-239 millions un an plus tôt).Le redressement du cours continue à s'opérer en dents de scie, les creux suivant généralement l'annonce des résultats. Nous nous félicitons d'avoir vendu la moitié de notre position avant la dernière publication. Le potentiel d'appréciation du cours sur plusieurs années demeure intact; nous pourrions recommencer à étoffer notre position en cas de nouvelle correction. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 15,65 eurosTicker: SZU GRCode ISIN: DE0007297004Marché: FrancfortCapit. boursière: 3,20 milliards EURC/B 2018-2019: -C/B attendu 2019-2020: -Perf. cours sur 12 mois: +19%Perf. cours depuis le 01/01: -4,5% Rendement du dividende: 1,3%