17,00 EUR - 3B A conserver
...

17,00 EUR - 3B A conserverZetes, le spécialiste belge de l'identification des biens et des personnes, a présenté ses résultats pour le 1er semestre 2013. Des chiffres que nous ne trouvons malheureusement pas totalement satisfaisants. Au 1er semestre 2012, les résultats de Zetes avaient été impactés par une contraction conjoncturelle des marges au sein de la division Goods ID. Le cash-flow opérationnel récurrent (REBITDA; hors éléments exceptionnels) avait ainsi baissé à 5,3 millions EUR. Certes exceptionnel, le 1er semestre 2011 s'était soldé par un REBITDA de 9 millions EUR. Depuis, la marge de REBITDA était retombée de 8,7% à 5,1%. Heureusement, Zetes s'était montrée beaucoup plus performante au 2e semestre 2012 et la marge de REBITDA avait rebondi à 6,6% sur une base annuelle, contre 8,4% en 2011 et 8,8% en 2010. Lors de la présentation des résultats annuels 2012, la direction s'était montrée très optimiste pour le 1er semestre 2013, notamment pour la division Goods ID. Au niveau du groupe, Zetes a enregistré un chiffre d'affaires (CA) stable de 103 millions EUR au cours des six premiers mois de 2013. La déception provient plutôt du REBITDA. Il a certes progressé de 0,2 million EUR, à 5,5 millions EUR, mais cela ne représente qu'un redressement limité de la marge de REBITDA, qui passe de 5,1 à 5,3%. L'entreprise avait encore atteint une marge de 7,9% au 2e semestre 2012 : elle n'est donc pas parvenue à poursuivre sur son élan. Le résultat opérationnel récurrent (REBIT) s'est contracté de 10%, passant de 1,9 à 1,7 million EUR. Grâce au programme de rachat d'actions propres, le résultat par action est en légère hausse de 0,23 EUR à 0,24 EUR. Dans le département Goods ID, le CA a reculé de 1% à 81,8 millions EUR. Avec 3,1 millions EUR, le redressement du REBITDA n'aura été que partiel après la forte baisse à 2,2 millions EUR enregistrée au 1er semestre de l'an dernier. En 2011, cette division réalisait encore un REBITDA de 4,8 millions EUR. La marge de REBITDA atteint ainsi 3,8%, contre 2,7% au cours de la même période l'an dernier, mais 6,2% au 1er semestre 2011 et 5,8% au 2e semestre 2012. Zetes éprouve donc des difficultés à augmenter substantiellement sa rentabilité. L'entreprise s'est justifiée en évoquant les conditions économiques qui restent difficiles. Zetes est en pleine phase de transition vers un nouveau modèle d'affaires consistant à travailler exclusivement avec six solutions standardisées, réparties sur l'ensemble de la chaîne logistique des marchandises. Le groupe veut ainsi proposer une solution complète à ses clients tout en réduisant les coûts et le nombre de solutions spécifiques à développer. à terme, le nouveau modèle doit également permettre de rendre récurrents une grande partie des revenus, et donc de réduire la dépendance à l'évolution irrégulière des commandes. Les premiers résultats de cette nouvelle approche devraient impacter les résultats à partir de l'an prochain. Moins sensible à la conjoncture, la division People ID a enregistré une hausse du CA de 3,1% à 21,2 millions EUR. En raison d'une augmentation des charges opérationnelles, le REBITDA a cependant reculé de 4,5 millions EUR à 4 millions EUR. La marge de REBITDA a baissé à 18,8%, tombant ainsi sous la barre des 20% pour la première fois depuis 2012. Elle s'établissait encore à 22% au 1er semestre 2012, pour 23,2% sur une base annuelle. Il n'y a aucune raison de paniquer pour autant. Zetes est en train d'investir dans une série de nouveaux projets qui ne commenceront à générer des revenus qu'à partir de l'an prochain. La division a récemment décroché un contrat de cinq ans pour la création d'un passeport électronique en Belgique. L'entreprise a présenté des perspectives prudentes pour le 2e semestre.L'action Zetes est en légère progression ces derniers mois. Le marché anticipe ainsi le changement de modèle d'affaires au sein du département Goods ID. La réussite de la transition sera déterminante pour la poursuite de la hausse. En attendant, nous confirmons l'avis " à conserver " (3B).