Inditex (pour Industria de Diseno Textil) est la société mère de la célèbre chaîne de prêt-à-porter Zara. Fondée en 1963 par Amancio Ortega Gaona (aujourd'hui l'une des plus grandes fortunes d'Europe), la société initialement spécialisée dans la confection textile pour femmes a ouvert son premier magasin Zara à La Corogne (Galice), dans le nord de l'Espagne, en 1975 - un tournant dans son histoire. En 2001, le groupe est entré à la cote madrilène, où il affiche depuis un parcours impressionnant, surperformant de plus de 1.000% l'indice boursier espagnol. Outre Zara, Inditex détient aujourd'hui sept autres marques (Pull&Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara Home - linge de lit et de bain - et Uterqüe).
...

Inditex (pour Industria de Diseno Textil) est la société mère de la célèbre chaîne de prêt-à-porter Zara. Fondée en 1963 par Amancio Ortega Gaona (aujourd'hui l'une des plus grandes fortunes d'Europe), la société initialement spécialisée dans la confection textile pour femmes a ouvert son premier magasin Zara à La Corogne (Galice), dans le nord de l'Espagne, en 1975 - un tournant dans son histoire. En 2001, le groupe est entré à la cote madrilène, où il affiche depuis un parcours impressionnant, surperformant de plus de 1.000% l'indice boursier espagnol. Outre Zara, Inditex détient aujourd'hui sept autres marques (Pull&Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara Home - linge de lit et de bain - et Uterqüe). Comme tous les autres détaillants, Inditex a été sévèrement touché par le confinement quasi planétaire; en avril, plus de 6.000 de ses 7.500 points de vente étaient fermés. Au 31 juillet, Inditex comptait 7.337 points de vente dans le monde, soit 83 magasins de moins que 12 mois auparavant. Inditex a annoncé il y a quelques mois la fermeture de 1.000 à 1.200 points de vente moins performants, pour se concentrer sur les ventes en ligne dans le cadre du plan stratégique Inditex 2022. D'ici 2022, le groupe entend réaliser plus d'un quart de son chiffre d'affaires (CA) en ligne, contre 14% au cours de l'exercice financier 2019-2020. Au deuxième trimestre, les ventes en ligne ont fait un bond de 74% en un an. Le succès d'Inditex repose sur l'imbrication parfaite de la conception, la production, la logistique et des ventes. Au deuxième trimestre de l'exercice 2020-2021 (clos le 31 janvier), le CA net a reculé de 32%, passant de 6,9 à 4,7 milliards d'euros. En mai - premier mois du deuxième trimestre -, la baisse atteignait même 51%. Après la réouverture progressive des magasins depuis début juin, le recul a été contenu à -11% sur la première semaine d'août (début du troisième trimestre), par rapport à la même semaine de 2019. Sur de nombreux marchés asiatiques importants, tels que la Chine, le Japon et la Corée du Sud, les ventes sont déjà revenues à la normale par rapport à la même semaine de 2019. Fin juillet, 96% des magasins étaient à nouveau ouverts. Le cash-flow opérationnel (Ebitda) a fléchi de 1,8 à 1 milliard d'euros (-45%) malgré une baisse de 21% des dépenses opérationnelles et de 19% des stocks. La hausse habituelle du bénéfice net s'est muée en une baisse de 74% (de 816 à 214 millions d'euros). Au premier trimestre, Inditex a accusé une perte nette de 409 millions d'euros pour la première fois depuis son introduction en Bourse. Et à mi-parcours de l'exercice, le groupe affiche toujours une perte nette (-198 millions d'euros). Le conseil d'administration propose de ne verser en novembre qu'un dividende ordinaire de 0,35 euro pour l'exercice écoulé. Les dividendes majorés seront versés avec un an de retard (en 2021 et en 2022).Pour la première fois depuis sa cotation, Inditex ne sera pas en mesure d'augmenter son CA et ses bénéfices sur l'exercice. La direction reste indubitablement efficace et le modèle d'entreprise n'est pas remis en question. D'ailleurs, le cours de l'action a pris de la hauteur en réaction aux chiffres du deuxième trimestre. Sur les cinq dernières années, l'action n'a plus dépassé la moyenne de marché, généralement à cause de sa valorisation élevée. Avec un ratio valeur de l'entreprise/Ebitda escompté en 2021 de 11, la valorisation est inférieure de 25% à sa moyenne des cinq dernières années et redevient donc intéressante. Conseil: conserver/attendreRisque: faibleRating: 2ACours: 24,09 eurosTicker: ITX SMCode ISIN: ES0148396007Marché MadridCapit. boursière: 75,1 milliards EURC/B 2020: 21C/B attendu 2021: 50Perf. cours sur 12 mois: -10%Perf. cours depuis le 01/01: -23%Rendement du dividende: -