Yingli Green Energy a été déchu de son titre de premier producteur verticalement intégré de panneaux solaires par Trina Solar, un concurrent chinois, en 2014. Ce dernier a en effet expédié 3,5 gigawatts (GW) l'an dernier, contre 3,36 GW pour Yingli. La puissance expédiée a ainsi progressé de 4% par rapport à 2013 (3,23 GW), un niveau légèrement supérieur aux prévisions propres, revues à la baisse il est vrai, de 3,3 à 3,35 GW. Début 2014, le groupe tablait encore sur 4 à 4,2 GW. La puissance expédiée s'est établie à 0,94 GW au 4e trimestre, une hausse de 3,9% par rapport au 3e trimestre. Le chiffre d'affaires (CA) a également grossi de 0,7%, à 555,5 millions USD. Sur base annuelle, il a cepend...

Yingli Green Energy a été déchu de son titre de premier producteur verticalement intégré de panneaux solaires par Trina Solar, un concurrent chinois, en 2014. Ce dernier a en effet expédié 3,5 gigawatts (GW) l'an dernier, contre 3,36 GW pour Yingli. La puissance expédiée a ainsi progressé de 4% par rapport à 2013 (3,23 GW), un niveau légèrement supérieur aux prévisions propres, revues à la baisse il est vrai, de 3,3 à 3,35 GW. Début 2014, le groupe tablait encore sur 4 à 4,2 GW. La puissance expédiée s'est établie à 0,94 GW au 4e trimestre, une hausse de 3,9% par rapport au 3e trimestre. Le chiffre d'affaires (CA) a également grossi de 0,7%, à 555,5 millions USD. Sur base annuelle, il a cependant reculé de 6%, à 2,08 milliards USD. Bien que la baisse ralentisse, le CA continue donc à subir l'impact du recul des prix des panneaux solaires. En matière de marchés, nous observons par rapport à 2013 une contraction de la part des Etats-Unis (de 21% à 16%) et l'Europe (de 30% à 15%), conséquence de la forte réduction des subventions en Europe et de l'instauration de droits d'importation sur les panneaux solaires chinois à la fois en Europe (2013) et outre-Atlantique (fin 2014). Par contre, les parts du Japon (de 7% à 18%), du marché domestique chinois (de 34% à 37%) et des autres pays (de 8% à 14%) sont en hausse. Un autre élément positif de 2014 est l'évolution du bénéfice brut, +49,7%, à 360,7 millions USD. La marge bénéficiaire brute s'est ainsi améliorée de 10,9% en 2013 à 17,3% en 2014, dont 16,8% au dernier trimestre (15% à 17% attendus). C'était cependant largement insuffisant pour repasser dans le vert, ce qui constitue d'ailleurs la principale déception de 2014. Au début de l'an dernier, le directeur financier prévoyait encore de renouer avec les bénéfices à partir du 2e trimestre - pour la première fois depuis 2011 -, mais cela n'a à nouveau pas été le cas. Le 4e trimestre s'est soldé par un résultat opérationnel (EBIT) négatif à concurrence de 32,2 millions USD (marge d'EBIT de -5,8%), contre un EBIT positif de 32,5 millions USD au 3e trimestre (marge d'EBIT de +5,9%). Une conséquence de la hausse des frais de développement et des charges opérationnelles, de dépréciations sur des créances et d'une charge fiscale unique. Sur base annuelle, l'EBIT atteint -34,7 millions USD (marge de -1,7%), contre encore -184,7 millions USD (marge : -8,3%) en 2013. La perte nette a baissé de 321,2 millions USD en 2013 à 209,5 millions USD, soit de 2,01 USD à 1,21 USD par action. La position nette d'endettement a légèrement baissé de 2,43 milliards USD fin 2013 à 2,3 milliards USD fin 2014, mais reste élevée. D'autant que le taux d'intérêt moyen a légèrement augmenté à 6,44% (6,31% en 2013). L'entreprise étudie actuellement différentes options pour renforcer sa position financière. Pour 2015, Yingli prévoit un volume total expédié compris entre 3,6 et 3,9 GW (+7,1% à +16%), dont 0,4 à 0,6 GW pour des centrales solaires propres. La Chine a récemment relevé à 17,8 GW ses objectifs en matière de nouvelle puissance installée en 2015 (contre 15 GW précédemment). L'an dernier, la Chine avait échoué à 10,6 GW (objectif de 13 GW). L'objectif pour 2020 s'établit à 100 GW, contre 28 GW installés fin 2014. ConclusionMalgré l'amélioration de la tendance, les résultats de Yingli restent médiocres. Dans un contexte de pression constante sur les prix de vente et d'annonce de plan de refinancement, nous préférons abaisser notre conseil.Conseil: conserverRisque: élevéRating: 2C