"Nous prévoyons de renouer avec les bénéfices dès le 2e trimestre 2014." C'est avec cette bonne nouvelle, annoncée par le directeur financier du groupe (CFO) Wang Yiyu la semaine dernière, que Yingli a posé la cerise sur le gâteau de ce début d'année. Une année qui a débuté sur les chapeaux de roue, avec une hausse de cours de plus de 30% en l'espace de quelques séances. Cette hausse a suivi l'annonce d'un accord de collaboration entre Yingli Green Energy et Datong Coal Mine Group, 3esociété de traitement du charbon de Chine, portant sur la construction de centrales d'énergie solaire dans le Nord de la Chine. Cela semble difficile ...

"Nous prévoyons de renouer avec les bénéfices dès le 2e trimestre 2014." C'est avec cette bonne nouvelle, annoncée par le directeur financier du groupe (CFO) Wang Yiyu la semaine dernière, que Yingli a posé la cerise sur le gâteau de ce début d'année. Une année qui a débuté sur les chapeaux de roue, avec une hausse de cours de plus de 30% en l'espace de quelques séances. Cette hausse a suivi l'annonce d'un accord de collaboration entre Yingli Green Energy et Datong Coal Mine Group, 3esociété de traitement du charbon de Chine, portant sur la construction de centrales d'énergie solaire dans le Nord de la Chine. Cela semble difficile à croire lorsque l'on observe le graphique de cours de l'année écoulée, mais le 2etrimestre 2011 est le dernier trimestre rentable du groupe. Depuis lors ont suivi, sous l'impact de prix de ventes sans cesse en baisse, 9 trimestres consécutifs de perte. La valeur comptable du groupe a dégringolé de 10,3 USD par action fin 2010 à 3,1 USD fin septembre 2013. Heureusement, cette évolution contraste nettement avec celle des volumes transportés sur la même période. En 2010, le plus grand producteur intégré verticalement de modules et panneaux solaires au monde a transporté 1,1 gigawatt (GW). L'année suivante, il notait une augmentation de 51%, à 1,6 GW. L'an 2012 a connu une croissance des volumes légèrement plus modeste, à 43%, pour un total de 2,3 GW. Pour 2013 (rapport publié début mars), Yingli prévoit à nouveau une croissance de quelque 40%, avec une fourchette annoncée de 3,2 à 3,3 GW de volumes transportés. La principale cause du rebond de cours de Yingli (+115%) en 2013 tient à la fin de la chute systématique de prix des modules. Après cette période de baisse, les prix des modules ont repris la hausse au printemps 2013, à environ 65 centimes de dollar par watt. Dans le cadre de l'accord anti-dumping signé entre l'Europe et la Chine début août, un léger rebond est intervenu à 73 centimes de dollar par watt, après quoi le prix s'est stabilisé autour de 70 centimes. Heureusement, ces dernières années, les prix des matières premières ont également baissé, ce qui, en combinaison avec des améliorations de productivité et un agrandissement d'échelle, a permis au groupe de rester en break-even (ni bénéfice ni perte) malgré de faibles niveaux de prix. La surcapacité n'est cependant pas encore révolue et la rentabilité structurelle demeure un objectif difficile à atteindre dans le futur. Sur le plan géographique, l'Europe n'est plus son principal marché de débouchés. Le Japon et les USA ont enregistré la plus forte croissance en 2013. La Chine remporte cependant la palme, avec 10 GW de capacité nouvellement installée en 2013 (estimation) et un objectif de 12 GW supplémentaires en 2014.Conclusion :La situation est manifestement en train de s'améliorer dans le secteur et les analystes sont de plus en plus positifs. Les marges très étroites dans le secteur et l'endettement élevé de Yingli nous retiennent cependant de relever notre conseil, à plus forte raison depuis le sensible rebond de cours. Nous exploiterions même l'euphorie actuelle pour alléger nos positions.Conseil: allégerRisque: supérieur à la moyenneRating: 4C