3,87 USD - 3C Conserver
...

3,87 USD - 3C ConserverAprès des semaines de négociations, un accord a finalement été trouvé le 27 juillet entre la Commission européenne et la Chine concernant des prétendues pratiques de dumpings des producteurs chinois de panneaux solaires sur le marché européen. Afin d'accroître la pression sur les négociateurs, l'Europe avait instauré le 6 juillet une taxe à l'importation provisoire de 11,5%. Sans accord le 5 août, cette taxe aurait été portée entre 37,3% et 67,9% en fonction du producteur. Pour le groupe chinois Yingli Green Energy Holding (ticker YGE sur la Bourse de New York), elle se serait élevée à 37,3%. Mais nous n'en sommes donc pas arrivés à une telle extrémité. Le commissaire européen au Commerce Karel De Gucht est satisfait de l'accord trouvé et a exprimé l'espoir de voir le deal apporter suffisamment d'oxygène aux producteurs européens. L'accord prévoit un prix minimal de 0,56 EUR (0,74 USD) par watt pour les panneaux solaires tout en plafonnant les importations en provenance de Chine à 7 gigawatts (GW) par an. Pour EU ProSun, le groupement des producteurs européens qui a introduit la plainte contre les pratiques chinoises, ce n'est cependant pas du tout suffisant : il a déjà lancé une procédure destinée à combattre l'accord sur le terrain juridique. Pour Yingli, l'accord a au moins le mérite de dissiper une bonne part de l'insécurité juridique qui entourait ses activités et d'entraîner une hausse des prix de vente en Europe. Yingli avait appliqué un prix de vente moyen de 0,62 USD par watt en Europe au cours des trimestres passés alors que nous en étions encore aux alentours de 1 USD par watt début 2012. Le coût de production s'élève actuellement à 0,60 USD par watt. L'accord n'est donc certainement pas la panacée pour Yingli, mais il aidera au moins le groupe à améliorer ses marges durant la deuxième moitié de l'année. Jusqu'à présent, l'Europe était de loin le principal débouché de Yingli. En 2012, le Vieux-Continent a pris à son compte 1,4 des 2,3 GW expédiés au total. L'entreprise a conscience de la nécessité de poursuivre sa diversification géographique et y oeuvre. Ainsi mise-t-elle à présent sur le Japon, qui tend à soutenir le secteur de l'énergie nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima. Par ailleurs, Yingli dirige ses flèches vers des marchés émergents comme l'Amérique, l'Afrique du Sud, la Malaisie et bien entendu son marché domestique, la Chine, qui veut atteindre le cap des 20 GW de puissance installée d'ici 2020. Au 1er trimestre 2013, Yingli a en tout cas publié une marge brute positive de 4,1% (17,8 millions USD) grâce à une légère hausse du prix de vente moyen. Le prix spot des modules solaires a poursuivi son redressement au 2e trimestre et bien qu'il soit à nouveau sous pression depuis quelques semaines, un plancher semble s'être formé. Notamment en raison d'une augmentation de 9,6% des charges d'intérêt (35,7 millions USD) par rapport au 1er trimestre 2012, le résultat net de Yingli a de nouveau plongé dans le rouge à concurrence de 98,5 millions USD (0,63 USD par action). La direction a confirmé l'objectif ambitieux d'un volume expédié de 3,2 à 3,3 GW en 2013, en hausse d'environ 40% par rapport à 2012. Yingli a également publié plusieurs bonnes nouvelles ces derniers mois concernant des tests de qualité externes qui confirment la grande qualité des panneaux Yingli Solar. Un de ces tests a notamment révélé que ces panneaux étaient actuellement les plus à même de résister aux conditions climatiques extrêmes des déserts. Par ailleurs, Yingli dispose à présent du label Underwriters Laboratories (UL), auquel on attache beaucoup d'importance aux Etats-Unis. Un plus incontestable pour la part de marché.Une nouvelle escalade dans les relations commerciales avec la Chine a donc été évitée, bien que les jeux soient sans doute déjà faits pour les producteurs européens de panneaux solaires. La surcapacité demeure importante dans le secteur et cela rend le retour à la rentabilité particulièrement difficile pour un groupe aussi endetté que Yingli. Le cours n'a guère réagi à l'annonce de l'accord mais il avait opéré une belle ascension ces derniers mois, qui avait ramené l'action au-dessus de la valeur comptable de 3,7 USD. Nous maintenons l'avis à " conserver " (3C) dans l'attente des résultats du 2{+e} trimestre (29/8).